Archives par mot-clé : République des Lettres

Jean Mabillon et Michel Germain en Italie : leur difficile relation avec deux jeunes voyageurs parisiens

A travers la lecture de lettres et de recherches sur l’activité de Charles Patin (1633-1693) à Padoue, je suis tombé sur la relation « animée » de deux savants bénédictins dom Jean Mabillon (1632-1707) et dom Michel Germain (1645-1694) avec deux jeunes mondains Louis Ignace Patin et François Guéniot dont ils avaient la responsabilité lors de leur voyage en Italie. Les bénédictins s’y rendent pour accumuler de nouveaux savoirs en parcourant les plus belles bibliothèques et en fréquentant les plus brillants savants de la Péninsule, les jeunes parisiens y vont pour un voyage de formation qui est aussi une expérience mondaine. Cette divergence d’objectifs est source de tensions entre les voyageurs.

Continuer la lecture de Jean Mabillon et Michel Germain en Italie : leur difficile relation avec deux jeunes voyageurs parisiens

Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

Médecin de profession, Jacob Spon fut intéressé par l’expérimentation de nouveaux remèdes. Bien que fidèle aux thèses hippocrato-galéniques, il publia d’ailleurs un ouvrage sur les Aphorismes d’Hippocrate[1], Il innovait par l’application sur ses patients et sur lui-même de ses propres potions.

Continuer la lecture de Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

Une affaire de libraires et de dictionnaires : Widerhold contre Girin et Rivière

Entre 1677 et 1681, une affaire mit aux prises des libraires lyonnais et genevois autour de la parution de dictionnaires historiques et critiques. Ces dictionnaires sont : le Lexicon universale de Johann Jakob Hofmann paru à Genève en 1677, le Grand dictionnaire historique de Louis Moréri paru à Lyon en 1674.

Deux centres d’imprimerie se trouvaient en concurrence : Genève et Lyon. L’imprimerie lyonnaise n’avait plus la gloire qu’elle avait pu avoir au XVIe siècle mais continuait à être un centre actif dans la publication d’ouvrages érudits grâce à l’influence de certains de ses libraires : les Anisson et les Huguetan. Il s’agit cependant davantage d’un litige entre libraires pour s’assurer de l’écoulement d’ouvrages similaires, onéreux à fabriquer et donc à vendre à un public érudit donc restreint.

Continuer la lecture de Une affaire de libraires et de dictionnaires : Widerhold contre Girin et Rivière

Le réseau : définition, analyse et représentation

A la lumière de la littérature scientifique sur le sujet des réseaux, tout semble avoir été dit ou presque.  Si l’histoire a bien avancé sur les réseaux, elle le doit en partie à des incursions sur les terres de la sociologie et de la géographie. Aussi n’est-il pas étonnant de trouver de nombreux références aux sociologues dans ce qui va suivre. Mais chez les historiens modernistes, il existe aussi depuis le début des années 2000 une véritable réflexion sur l’articulation réseau-correspondance.1 Cela fera sans doute l’objet d’un billet prochainement. Il ne s’agit pas ici de faire un résumé exhaustif des publications sur les réseaux, mais  de donner quelques lignes de force sur cette notion à la mode dans le champ de sciences humaines et sociales et en particulier de l’histoire.

Continuer la lecture de Le réseau : définition, analyse et représentation

Penser la République des Lettres avec le rhizome guattaro-deleuzien : une approche pertinente ?

 

Source : flickr "Réseau/network" par Olivier Bacquet. Licence CC -BY.
Source : flickr « Réseau/network » par Olivier Bacquet. Licence CC -BY.

 

Lors de la rédaction de ma thèse, je me suis intéressé à la manière dont on pouvait penser les réseaux de correspondants de la République des Lettres au XVIIe siècle. J’avais remarqué en histoire, une carence certaine la modélisation sinon la tentative d’établir des typologies de réseaux épistolaires. Les études se cantonnent trop facilement à mon goût dans des approches descriptives sans tenter de cerner les modalités de fonctionnement de ces réseaux, et la manière dont s’y diffusent les informations et savoirs. Il faut alors sortir de notre champ disciplinaire et aller « braconner » comme l’écrivait Michel de Certeau, sur les territoires de la sociologie et de la philosophie.

Continuer la lecture de Penser la République des Lettres avec le rhizome guattaro-deleuzien : une approche pertinente ?