Les péchés de l’antiquaire

Le Singe antiquaire (vers 1726, par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses pièces et de ses livres.
Le Singe antiquaire (vers 1726), par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses planches et de ses livres.

Le proverbe populaire dit : « la curiosité est un vilain défaut. » Elle l’est, en effet à l’époque moderne pour un certain nombre de philosophes, de moralistes et de théologiens.

Jean de La Bruyère (1645-1696) en donne une définition admise par ses contemporains dans Les Caractères : « La curiosité n’est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare, unique, pour ce qu’on a et ce que les autres n’ont point. »[1]

La curiosité au XVIIe siècle est un goût pour l’unique et la rareté, mais une rareté de valeur : elle est associée au collectionnisme par l’étude d’objets naturels ou artéfactuels rares. Qu’il s’agisse d’artefacts antiques ou de tulipes, elle reste du domaine de la distraction érudite. Mais cette distraction peut dériver en une passion dévorant l’esprit des curieux.

Continuer la lecture de Les péchés de l’antiquaire