Penser la République des Lettres avec le rhizome guattaro-deleuzien : une approche pertinente ?

 

Source : flickr "Réseau/network" par Olivier Bacquet. Licence CC -BY.
Source : flickr “Réseau/network” par Olivier Bacquet. Licence CC -BY.

 

Lors de la rédaction de ma thèse, je me suis intéressé à la manière dont on pouvait penser les réseaux de correspondants de la République des Lettres au XVIIe siècle. J’avais remarqué en histoire, une carence certaine la modélisation sinon la tentative d’établir des typologies de réseaux épistolaires. Les études se cantonnent trop facilement à mon goût dans des approches descriptives sans tenter de cerner les modalités de fonctionnement de ces réseaux, et la manière dont s’y diffusent les informations et savoirs. Il faut alors sortir de notre champ disciplinaire et aller “braconner” comme l’écrivait Michel de Certeau, sur les territoires de la sociologie et de la philosophie.

L’approche géophilosophique guattaro-deleuzienne et très précisément celle du rhizome et les notions connexes mobilisées, m’était alors apparue comme permettant de penser la structure réticulaire de la correspondance épistolaire de Jacob Spon et sa place dans le champ méta-réticulaire de la République des Lettres. J’avais rédigé un article[i] sur cette tentative d’application au cas précis de mon corpus de thèse. Mais je dois aujourd’hui nuancer cette approche : elle ne rend pas compte de la totalité des rapports interpersonnels de cet espace savant, mais permet seulement de saisir la dimension publicitaire (au sens habermassien) de la circulation des savoirs. Je reviendrai sur cette publicisation dans un article sur ce carnet.

La spatialité de la République des Lettres, territorialisation, déterritorialisation

Dans l’article précédent ce qu’impliquait toute étude de la République des Lettres par une approche spatiale. La République des Lettres s’inscrit dans une pluralité d’espace possible, mais ici nous l’envisageons sous l’angle géographique, essentiellement et circonscrite à l’Europe. La République des Lettres se territorialise à une échelle continentale. Ce territoire est un espace, aménagé, où s’opèrent les interactions entre les agents ou les structures sociales. En d’autres termes, le territoire est le support concret, géographique, permettant l’échange entre les acteurs de la République des Lettres. L’échange passe par une rencontre présentielle entre ses acteurs dans des institutions formellement identifiées : académies, sociétés savantes, cercles érudits ; ou plus informelles par les  visites de personne à personne. etc. Les voies de communication par voie de terre, ou voie d’eau  sillonnant ce territoire sont autant d’axes d’échange. Les coches, les diligences, ou les simples voyageurs transportent ainsi les lettres manuscrites, libelles, ouvrages imprimés.

L’information se propage donc par sa matérialité, à travers cet espace strié, aménagé, organisé, structuré qu’est l’Europe du XVIIe siècle. Mais l’information en tant qu’échange intellectuel, abstrait, en constante évolution, aurait, paradoxalement, tendance à échapper à toute matérialité. La République des Lettres est, en effet, un espace intellectuel qui a pour but de communiquer et diffuser les savoirs produits par ses membres ; mais elle a aussi pour vocation de faire évoluer ces savoirs par une confrontation d’idées entre savants, ou une co-construction des savoirs. Mais le Savoir, abstrait, déterritorialisé, insaisissable, ne correspond qu’imparfaitement à la résiliarité concrète des échanges entre acteurs à l’échelle d’un territoire.

Le Rhizome : une représentation abstraite de l’échange

Le concept de rhizome reste lié à la géophilosophie. Cette branche de  la philosophie développée et conceptualisée par Felix Guattari et Gilles Deleuze dans  L’anti-Oedipe (1972) Mille Plateaux (1980), et Qu’est ce que la Philosophie ? (1991), se perçoit comme l’intersection entre la dimension géographique concrète, spatiale, territorialisée de la philosophie, et sa dimension conceptuelle, un système ou un agencement de systèmes purement abstrait de la pensée[ii].

Le chapitre introductif de Mille Plateaux  définit ce qu’est un rhizome. Les auteurs prennent appui sur la définition botanique de ce mot : une tige souterraine portant des racines adventives. Il n’y a pas une racine mais une multiplicité de racines. Le rhizome répond à plusieurs caractères ou principes :

–         principes de connexion et d’hétérogénéité : le rhizome peut-être connecté avec n’importe quel autre et doit l’être ;

–        principe de multiplicité :  le rhizome doit s’affranchir du régime de l’unicité, en une croissance de dimensions, dans une multiplicité qui change de nature au fur et à mesure des connexions qui s’opèrent ;

–        principe de rupture asignifiante : un rhizome peut être rompu, il reprendra en suivant telle ou telle ligne. Tout rhizome est constitué de segments, distribués ou non, territorialisés ou azonaux…

–        principes de cartographie et de décalcomanie : le rhizome n’est pas un calque mais une carte, une carte est un rhizome par la multiplicité de ses entrées et des connexions qu’elle suppose. Comme le rhizome, la carte est démontable, connectable, renversable. Déchirer un rhizome ou une carte ne signifie pas que la carte n’a plus sens. Elle continuera à faire sens car la carte ne fait pas sens seule.

Segment et plateau constituent un rhizome

Pour Deleuze et Guattari, Le segment figure une représentation abstraite et spatiale du rhizome. Nous sommes tous composés de segments définissant notre origine sociale, notre sexe, notre travail… Ces segments se chevauchent, s’unissent ou se divisent. Les déambulations d’acteurs individuels conduisent à rencontrer d’autres acteurs, à les influencer ou à être influencé par eux. Dans une représentation spatiale, le segment aura alors la valeur de sa définition : professionnelle, biographique, etc.*

Les échanges intellectuels « segmentarisés », sont ainsi les lignes de transmission du savoir produit dans la République des Lettres. Ils relient les savants, érudits, et curieux. Cette relation constitue ainsi une infinité de réseaux interdépendants, se croisant, se connectant au gré des contacts épistolaires ou physiques entre ces agents.

Un plateau désigne pour Félix Guattari et Gilles Deleuze dans Mille Plateaux « toute multiplicité connectable avec d’autres par tiges superficielles, de manière à former et étendre un rhizome ».  Le plateau peut être envisagé comme un ensemble d’acteurs réunis par un segment commun les caractérisant : religion, profession, classe sociale, domesticité, etc. Selon la représentation spatiale deleuzo-guattarienne, ils désignent à l’échelle locale la multiplicité des réseaux locaux où s’insèrent individus et institutions, caractérisant la République des Lettres dans sa pluralité. Les «plateaux » composés d’acteurs sont interconnectés par un ou plusieurs segments et font rhizome. Cet agencement pourrait s’appliquer de manière générale à toute structure collective agrégeant des acteurs de la République des Lettres : académies, assemblées, églises, collèges, etc.

L’approche conceptuelle du rhizome confirmerait la dimension ontologique de la République des Lettres : elle consiste en un réseau d’informations où les nouvelles se diffusent par capillarité, par le biais des supports matériels classiques de la communication savante que sont l’épistolarité et l’imprimé.

Apport réflexif et limites du rhizome

Le rhizome avec ses notions de plateau et de segment nous permet de saisir les modalités – abstraites – de production, individuelle ou collective, de communication et de diffusion des savoirs dans la République des Lettres. Il permet surtout de tenter dans notre cas d’ébaucher une modélisation de la transmission de l’information à travers les réseaux de la correspondance de Jacob Spon.

Le rhizome concerne  davantage des compétences mobilisées par les acteurs que les acteurs eux-mêmes, ce sont ces savoirs qui sont transmis. La correspondance de Spon est ainsi quasiment uniquement constituée autour de ses compétences d’antiquaire et de médecin : ce sont des savoir-faire et des connaissances qui sont mises en avant.

De là l’idée de séparer en deux plans distincts quoique interdépendants les “réseaux” de la correspondance de Jacob Spon, et plus généralement de la République des Lettres :

– le réseau des acteurs individuels et collectifs, celui des savants, des curieux, des érudits, des académies et sociétés ; territorialisé dans un espace géographique, essentiellement européen.

– le réseau de l’information, où s’élabore et se diffuse les savoirs produits par les acteurs par capillarité et interconnexion réticulaire, qui ne se superpose pas totalement au premier réseau.

Si l’on réduit l’étude au réseau informationnel, l’application du rhizome trouve sa pertinence. Mais ma réflexion avance, et n’est absolument pas close sur le sujet.

Une limite à l’application effective du rhizome dans mon corpus est la non-exhaustivité des sources. La modélisation d’un réseau épistolaire est bien entendu limitée par la conservation physique des lettres, mais aussi par leur contenu informationnel inégal. Dans la correspondance de Spon, il n’y aucune lettre domestique. Cette absence est dommageable : la présence d’une correspondance domestique pourrait nous éclairer davantage sur la position sociale de Jacob Spon dans le contexte spécifique de la «tolérance religieuse lyonnaise » mis en exergue par des travaux précédents [iii], et  permettrait à l’échelle de royaume de mieux cerner la place du médecin lyonnais dans la nébuleuse protestante française.


[i] Yves Moreau, « Parcours, itinéraires : applications et limites dans un réseau épistolaire de la République des Lettres », in Carnets du LARHRA, 2014-2 études. A paraître. L’article fait suite à une communication effectuée lors d’une journée d’études doctorale sur le thème du parcours. Elle s’était déroulée au LARHRA en décembre 2011. Les actes de la journée paraissent dans ce numéro des Carnets du LARHRA que j’ai co-dirigé avec Maria Uzcategui.

[ii] Gilles Deleuze, Félix Guattari, Qu’est ce que la Philosophie ? Paris, éditions de Minuit, 1991, voir le chapître IV consacré à la Géophilosophie. On peut aussi consulter l’ouvrage de Manola Antonioli, Géophilosophie de Deleuze et Guattari, Paris, édition de l’Harmattan, 2003.

[iii] Odile Martin, La conversion protestante à Lyon (1659-1685), Genève, Droz, 1986 ; Yves Krumenacker, Des protestants au Siècle des Lumière, le modèle lyonnais, Paris, Honoré Champion, 2002.

Cite this article as: Yves Moreau, "Penser la République des Lettres avec le rhizome guattaro-deleuzien : une approche pertinente ?," in Antiquarisme , 27 octobre 2014, https://arsantica.hypotheses.org/88.

Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.