Penser la République des Lettres : espaces et lieux

La correspondance conservée de Jacob Spon n’est pas une correspondance très “étoffée” si on la compare à d’autres correspondances savantes du XVIIe siècle comme celle de Pierre Bayle. Les 431 lettres recensées pèsent peu par rapport aux 1500 plis du philosophe, mais en dépit de lacunes, elle permet de questionner le chercheur aux interactions intellectuelles et matérielles entre les innombrables acteurs de la République des Lettres. On peut s’interroger sur les ressemblances et dissemblances qui animent ces réseaux savants de la seconde moitié du XVIIe siècle pour tenter d’en appréhender les modalités de constitution et leur pérennité au fil des années. On peut très bien étudier la République des Lettres comme un méta-réseau, mais on ne peut se cantonner à une recherche purement descriptive qui ne s’intéresse guère au fonctionnement de cet espace intellectuel.

Lors de la rédaction de ma thèse, j’ai été très vite confronté à un déficit de conceptualisation sur la République des Lettres, comme si son mécanisme même échappait à ses principaux historiens. Bien sûr, l’historien peut s’interroger sur le fonctionnement général et sur l’existence même de cette république transnationale et transconfessionnelle constituée de cercles de savants et de réseaux de correspondances comme une structure cohérente et homogène.1 J’ai voulu entreprendre une étude critique de son fonctionnement. j’avais opté pour une étude des réseaux de Jacob Spon en partant des concepts de rhizome, de segment et de plateau développés par la géophilosophie guattaro-deleuzienne dans l’Anti-Œdipe (1972) puis dans Mille Plateaux (1980). Par manque de temps je n’avais pu aborder les travaux des géographes tels ceux de Jacques Lévy et Denis Retaillé. Je tente donc ici une approche des concepts géographiques, y compris les plus récents, abordant la spatialité d’Internet. En effet, nous trouvons des analogies frappantes entre la structuration de la République des Lettres et celle d’Internet. Ce billet préfigure donc un article qui tentera d’appliquer, moyennant aménagement, ces concepts au cadre intellectuel où évolue Jacob Spon. La République des Lettres doit être pensée comme un agencement de réseaux de correspondants (érudits, savants, curieux) s’inscrivant dans des espaces.

 

Les espaces de la République des Lettres

Le concept même d’espace est complexe à saisir puisque sa réalité est multiple, à la fois matérielle, immatérielle et idéelle. On peut définir l’espace géographiquement comme « un ensemble de relations que la distance établit entre différentes réalités ».2 Il faut d’emblée saisir la République des Lettres dans ce qu’elle est : un espace relationnel en perpétuel mouvement qui vit et prospère en fonction des choix opérés par ses agents. : Elle permet l’échange matériel et/ou informationnel entre savants. Dans notre cas, la spatialité de la République des Lettres s’inscrit dans la réalité géographique du XVIIe siècle : l’espace européen et ses colonies américaines, et plus ponctuellement villes de négoce au Proche-Orient et au Moyen-Orient.

Le problème de la République des Lettres réside dans sa cospatialité. Elle se caractérise à la fois par un ancrage géographique concret, européen, essentiellement urbain ; et par le champ informationnel, abstrait, qu’elle prétend englober. Pour reprendre des concepts développés par les géographes, la République des Lettres est à la fois un espace ancré et un espace mobile où ses agents ont un rôle déterminant dans son existence. L’espace ancré inscrit l’acteur dans un territoire définit par ses limites (État, terroir, ville) où se produit le savoir. L’espace mobile induit l’idée d’un déplacement physique ou d’un échange à la fois géographique et relationnel. Au-delà de l’échange matériel ou informationnel, la configuration mouvante des réseaux constituant l’espace de la République des Lettres obéit à la double logique d’une sociabilité savante encourageant la mobilité de ses membres, et de stratégies réticulaires pour des raisons publicitaires, courtisanes, etc., mis en place par ces acteurs. L’espace mobile n’est pas dans ce cas précis un nomadisme intellectuel3, mais une peregrinatio academica européenne ; un itinéraire pensé et planifié par le savant qui éprouvait ses connaissances et nouait des relations personnelles avec ses pairs. Le terrain de prédilection de ce circuit était essentiellement l’Italie et la France pour leur patrimoine artistique, la réputation de leurs savants et de leur bibliothèques. L’espace de la République des Lettres est alors à considérer comme un espace public dans son acceptation habermassienne.

Le philosophe allemand parle davantage de sphère publique laquelle est le « support d’une opinion publique à la fonction critique de laquelle se réfère la Publicité »4 La publicité étant la communication au public de travaux intellectuels produits par des particuliers. C’est exactement le rôle assigné à la République des Lettres, un lieu d’échanges et de communication entre savants, où s’exerce la critique, par les moyens de la lettre et de l’imprimé.

Insistons cependant sur l’idée d’espace commun accessible à tous les savants et qui n’existe que par la volonté d’une communauté intellectuelle d’échanger savoirs et objets. Ce processus de synchorisation5 permet aux membres de la République des Lettres n’ont seulement d’exister et d’être reconnus pour leurs travaux en tant qu’érudits, savants ou curieux ; mais aussi interagir à l’intérieur de cet espace en dépit des aléas géographiques, politiques et religieux.

La République des Lettres est-elle un lieu ?

 

Dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Jacques Lévy définit le lieu comme : l’ « espace dans lequel la distance n’est pas pertinente ».6 Il y a lieu quand au moins deux réalités sont présentes sur le même point d’étendue. La position des unes par rapport aux autres c’est-à-dire la distance, perd de son importance au profit des interactions, autrement dit des relations.

Le lieu est souvent confondu avec la localité qui est un site habité, et le site qui est un espace localisé souvent anthropisé. La République des Lettres est précisément un lieu déterritorialisé où circulent les savoirs entre les savants. C’est sa raison d’exister. Du fait des distances et de la distribution géographique des réseaux de la République des Lettres, ses membres ont élaboré des stratégies de communication permettant l’échange. L’épistolarité et l’imprimé permettent les échanges asynchrones, tandis que la constitution d’assemblées formelles (académies) ou informelles (cercles de curieux et d’érudits comme l’assemblée des antiquaires réunie autour du duc d’Aumont) dans les localités habitées permettent des échanges verbaux synchrones entre savants selon des règles de sociabilité favorisant le débat et la bienséance.

Comme l’est aujourd’hui Internet, la République des Lettres peut être envisagée, partiellement du moins, comme un lieu réticulaire. Ce concept créé par Boris Beaude, postule que les technologies de l’information et de la communication se basent « la non-pertinence des distances [laquelle]est fondée sur la connexité ».7 Il définit le lieu réticulaire comme un espace reliant les individus qui leur permet de s’organiser, produire, s’informer et partager.8 La temporalité pose problème puisque la République des Lettres c’est la distance entre ses agents qui fixe le temps de l’échange, et contraint par l’épistolarité ou l’imprimé à l’asynchronie.

Mais la République des Lettres ne serait-elle pas davantage un lieu réticulé, un espace maillé par d’innombrables réseaux jusqu’à former un agencement par leurs multiples connexions ? L’aborder par une spatialité protéiforme (espace public, espace commun, espace mobile) nous paraît impertinent dans la mesure où l’on essaie de dégager des considérations générales, donc simplifiées de l’étude de systèmes réticulaires complexes. Il reste cependant vrai que la République des Lettres est un lieu géographique favorisant les interactions et la diffusion des connaissances. Serait-ce un lieu de savoir, si cher à Christian Jacob ? La question sera approfondie dans un prochain billet.

La correspondance de Jacob Spon est un bon révélateur de la complexité des réseaux de ses agents puisque l’antiquaire joue astucieusement de sa multi-appartenance protestante, médicale et savante pour publiciser ses ouvrages. Ces maillages réticulaires s’inscrivent effectivement dans des espaces géographiques mais l’application effective d’un champ spatial d’étude varie selon l’angle de vue. On n’envisagera pas la spatialité de la République des Lettres selon le même modèle si on étudie uniquement la nature des échanges matériels entre ses acteurs ou la diffusion de l’information à l’échelle d’un ou plusieurs réseaux. Nous aborderons la question des réseaux dans un autre article.

__________

1 Voir à ce sujet la réponse éclairante et stimulante de Jean-Pierre Cavaillé aux attaques de Marc Fumaroli, « Le paladin de la République des lettres contre l’épouvantail des sciences sociales », Les Dossiers du GRIHL [En ligne], 2007-02 | 2007, mis en ligne le 28 juin 2007, consulté le 21 août 2014. [URL] : http://dossiersgrihl.revues.org/278

2 Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, 2003. p. 325

3 Dans Mille Plateaux, Gilles Deleuze et Félix Guattari définissaient deux types d’espaces : l’espace lisse, associé au nomadisme, et l’espace strié, sédentaire. Le parcours du nomade dans des étendues désertiques dépourvues de toute régulation spatiale et de tout obstacle est assimilable à une déambulation dépendant de circonstances climatiques topographiques, etc. Le savant est toujours dans l’espace strié : celui d’une Europe où l’espace est aménagé, la nature maîtrisée et où s’exerce la souveraineté d’un État. Son trajet d’une localité à une autre est un circuit, un itinéraire aucunement improvisé. Voir Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille Plateaux, capitalisme et schizophrénie 2, Paris, éditions de Minuit, 1980, p. 592-625 ; et notre article, « Parcours, itinéraires, rhizome : applications et limites dans un réseau épistolaire de la République des Lettres », Maria Uzcategui Moncada, Yves Moreau (dir.), Espaces et constructions de soi : entre libre arbitre et déterminisme, Carnets du LARHRA, Lyon, 2014, à paraître.

4 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978, p. 14. Pour les développements et le dépassement des thèses habermassiennes sur l’espace public, voir Stéphane Van Damme, « Farewell Habermas ? Deux décennies d’études sur l’espace public », Les Dossiers du GRIHL [En ligne], Les dossiers de Stéphane Van Damme, Historiographie et méthodologie, mis en ligne le 28 juin 2007, consulté le 20 août 2014. [URL] : http://dossiersgrihl.revues.org/682

5 Voir l’ouvrage de Boris Beaude, Internet, changer l’espace, changer la société : les logiques contemporaines de synchorisation, Limoges, FYP, 2012.

6 Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Op. cit., p. 560.

7 Boris Beaude, Éléments pour une géographie du lieu réticulaire, thèse de doctorat de géographie sous la direction de Rémy Kanfou, université Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2008, p. 191.

8 La République des Lettres contrairement ,au Web, n’est pas un espace où le savoir se construit collectivement, mais où il se diffuse. De nombreux sites collaboratifs permettent désormais de construire et partager le savoir de manière collective, mais agissent aussi sur la structure même du site comme Wikipedia. Cela s’apparente au concept de stigmergie.V oir Boris Beaude, « Wikipedia, une ville mondiale ? », Cafés géographiques [en ligne], mis en ligne le 9 juillet 2009, consulté le 21 août 2014, [URL] http://archive.today/lBCp ; et la stimergie sur le Web, Joe Gregorio, “Stigmergy and the World-Wide Web”, Bitworking[en ligne] mis en ligne le 30 décembre 2002, consulté le 21 août 2014 [URL] http://bitworking.org/news/Stigmergy

 

 

Cite this article as: Yves Moreau, "Penser la République des Lettres : espaces et lieux," in Antiquarisme , 21 août 2014, https://arsantica.hypotheses.org/42.


Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.