La République des Lettres : essai de définition

La République des Lettres est le méta-réseau informationnel ou s’échangent les nouvelles, découvertes, parutions autour de l’antiquarisme. Ces définitions nous paraissent indissociables. La province des antiquaires a besoin de médiatiser ses activités, tandis que la République des Lettres se nourrit et s’enrichit des contacts épistolaires et des échanges d’informations entre antiquaires. Voici un essai de définition tiré de notre thèse, suivi d’une historiographie sur le sujet.

Une notion abstraite basée sur l’échange d’informations

La première occurrence de la respublica litteraria remonte au XVe siècle et s’est calquée sur l’expression médiévale de respublica christiana1. La République des Lettres est un espace intellectuel composé d’hommes de lettres et de savants et repose sur le partage des Savoirs soumis à la critique du public. Elle constitue un espace public européen d’échanges aux contours mouvants qui se polarise sur les grands centres urbains et intellectuels comme Paris, Londres, Amsterdam et Venise. Au XVIe siècle, le développement de l’imprimerie et la publication de travaux en langue vernaculaire contribuent à diffuser les Savoirs au-delà des milieux traditionnellement détenteurs de savoirs que sont l’Église et l’Université. Cet espace intellectuel est marqué par l’incessant échange d’informations et s’affirme au XVIIe siècle comme le médiateur principal des échanges entre savants.

En tant qu’espace universel, la République des Lettres obéit à des règles et à une sociabilité qui lui sont propres. Chaque auteur doit diffuser ses découvertes au public. Les supports de cette communication sont l’imprimé et la lettre. La socialisation des savants au sein d’ institutions formelles que sont les universités puis les académies, mais aussi par la conversation dans les salons et assemblées savantes jouent également un rôle dans la transmission des savoirs. Cette sociabilité passait aussi par une mobilité de ses membres et par un voyage en Europe. Le savant allait, si sa bourse le permettait, à la rencontre de ses pairs et allait parfaire et confronter ses connaissances auprès d’érudits. La culture classique commune aux savants de l’époque de Spon font de l’Italie une destination incontournable. La peregrinatio academica, contribuait à établir des liens et à intensifier des échanges entre érudits.

La République des lettres se veut tolérante et égalitariste. Les appartenances sociales, religieuses et professionnelles sont abolies par ce projet commun de partage des savoirs. Elle se fonde sur la diffusion des savoirs par ses membres et la conscience commune d’appartenir à une élite intellectuelle distincte d’une société de rang. Ses membres n’ont pas vocation à glorifier les monarques ni à valoriser l’histoire d’un pays. La République des Lettres n’obéit qu’à l’intérêt supérieur d’un Savoir commun érigé en patrimoine universel. Chaque savant est mis sur un pied d’égalité et obéit aux règles d’une discussion rappelant une société démocratique2.

Il existe pourtant des polarités à l’intérieur de cet espace égalitariste où les grands centres urbains concentrent savants, imprimeurs et libraires. Le maillage par les grandes « métropoles » établit ainsi une hiérarchie spatiale et humaine. Les savants les plus prestigieux sont tous établis dans ces villes où l’on trouve facilement des bibliothèques, des cabinets, des académies et cercles savants. Ce tropisme géographique polarise de facto les échanges épistolaires, humains et commerciaux sur les grands centres urbains comme Paris, Londres ou Amsterdam.

Le XVIIe siècle voit l’essor d’une autre forme de socialisation complémentaire aux échanges épistolaires, l’académisme. Les académies, ces « cours savantes » de la République des Lettres,  sont nées en Italie dans la deuxième moitié du XVIe siècle du désir des élites sociales d’établir de nouvelles structures autonomes de discussion et de diffusion des savoirs en dehors des universités et des cours princières. Mais l’académisme en Italie comme en France, protéiforme dans son organisation comme dans ses finalités, est récupéré par les princes à leur profit.

En France, les académies reconnues ou par le pouvoir royal avaient pour projet de faire travailler ensemble les savants pour la gloire de la monarchie, et contribuer par le débat entre ses membres à l’élaboration de normes et de règles pour leur champ disciplinaire. Louis XIV créa plusieurs académies qui supplantèrent d’anciennes assemblées. A Paris, l’académie de Saint-Luc englobait la vieille communauté des maîtres peintres et sculpteurs de Paris. Elle fut supplantée par l’Académie royale de peinture et de sculpture créée en 1648 qui attirait les meilleurs artistes français3. D’autres institutions furent créées La Petite Académie, fondée en 1663 par Colbert devait élaborer des inscriptions pour les médailles et les monuments en l’honneur du Roi. Jacob Spon fréquentait des membres de ces académies. Parmi ces correspondants, on comptait des membres de la Petite Académie comme François Charpentier, l’un des membres fondateurs de la Petite Académie ; Denis Dodart (1634-1707) de l’Académie des Sciences qui lit la relation de voyage de Spon devant l’assemblée4. L’antiquaire fut lui même le correspondant étranger de deux académies : l’accademia dei Ricovrati de Padoue et l’académie des beaux-esprits de Nîmes.

En marge des académies, les assemblées littéraires et savantes permettaient de converser de manière informelle des Lettres et Sciences. Jacob Spon fréquenta le cercle des antiquaires du duc d’Aumont entre 1679 et 1681 et participa à distance à ses activités. Il semble aussi avoir participé plus jeune à l’assemblée des médaillistes de Pierre Séguin, dans les années 1670-1671, aux mercuriales littéraires de Gilles Ménage (1613-1692) et aux assemblées organisées par Henri Justel (1620-1693).

Académisme et assemblées savantes sont des formes collectives de la civilité de la République des Lettres où les savants discutent des savoirs et confrontent leurs idées. Elles ne nécessitent pas d’appartenance exclusive à un organisme, et bien souvent les érudits cumulent les appartenances à ces structures et ne sont nullement contradictoires avec l’autonomie requise et recherchée du savant pour ses travaux.

Pour autant, l’appartenance à la République des Lettres repose avant tout sur la complémentarité entre une sociabilité « directe » reposant sur les relations interpersonnelles dans le cadre d’institutions formelles et informelles locales, régionales ou nationales ; et l’entretien de relations épistolaires qui permettent d’entretenir les amitiés et les échanges d’idées. Ces formes de civilité sont indispensables à l’affirmation du savant comme acteur dans l’espace intellectuel de la République des Lettres.

La définition holiste d’une société savante égalitariste et harmonieuse, qu’incarne République des Lettres n’est cependant pas partagée par les historiens. Depuis une vingtaine d’années, la recherche tend à remettre en cause l’idéal d’un espace savant qui connaît comme toute société humaine des relations conflictuelles.

Aperçu historiographique de la République des Lettres

Les historiens se sont intéressés tardivement à la République des Lettres. Annie Barnes donne une définition proche de celle que nous venons de donner en 19385  ; elle fut ensuite reprise par d’autres auteurs. Les premières études sont avant tout empiriques et ne décrivent pas le fonctionnement de la République des Lettres mais en donnent une présentation générale et la sociabilité qui fixe les relations interpersonnelles. Les historiens ont d’abord étudié les différents acteurs de cette République des Lettres : imprimeurs, libertins érudits, ecclésiastiques. Des études plus poussées sont entreprises à partir des années 1970 avec les travaux de Paul Dibon6 et Hans Bots7, insistant sur le décalage entre idéal et réalité. Les travaux des années 1980 et 1990 s’intéressent aux formes pratiques des échanges et de la communication entre savants. A partir des années 1990, une rupture est intervenue dans l’étude de la République des Lettres, entre une approche purement littéraire et textuelle, et une approche fonctionnelle reposant sur la sociabilité des savants et leurs échanges, proche du concept habermassien d’espace public8. Cette division s’est accentuée au début des années 2000 par une polémique entre Marc Fumaroli et Jean-Pierre Cavaillé. Les deux historiens divergent dans leur définition de la République des Lettres. Si ils s’accordent sur sa dimension transnationale et transconfessionnelle, Marc Fumaroli défend l’idée d’un espace intellectuel institutionnalisé, fixe, et homogène. La critique de Jean-Pierre Cavaillé porte précisément sur l’interprétation normative de la République des Lettres : elle n’est pas une institution stable et uniforme, mais une construction discursive, métaphorique légitimant une appartenance intellectuelle9.

L’étude des correspondances et dans notre cas, celle de Jacob Spon, confirme l’hétérogénéité de la République des Lettres où la critique et le débat créent des divisions. Des lignes de fractures traversent cet espace savant, des controverses divisent les savants et ses acteurs ne sont pas tous mus, loin de là, par l’intérêt général. Jacob Spon fut lui même l’acteur d’une controverse sur les antiquités d’Athènes qui l’opposa à l’historiographe Georges Guillet. L’antiquaire lyonnais alla sur le terrain examiner les objets de son étude, tandis que Guillet resta dans son cabinet et rédigea un livre en fonction de mémoires qu’on lui envoyait d’Attique. Ces controverses sont utiles pour comprendre comment une pensée critique s’est construite par la confrontation des idées.

L’introduction du concept de réseau dans la République des Lettres a permis de renouveler l’étude de la communication épistolaire savante. La démocratisation des outils numériques et l’essor des réseaux sociaux sur le Web dans les années 2000 confèrent à la République des Lettres un statut de lointain ancêtre d’Internet.

Les enjeux et les modalités de la communication savante n’ont été envisagés, semble-t-il qu’à partir des travaux de Paul Dibon dans les années 197010. Françoise Waquet publie un article sur le réseau intellectuel de Charles Patin en 198511. Deux colloques dont les actes ont été publiés ont donné une nouvelle impulsion à l’étude des réseaux épistolaire dans l’espace de la République des Lettres. Le premier s’est tenu en 2001 à l’université d’Artois à Arras en 2001 et le second à l’École normale supérieure de Lyon en 200312. Le recueil d’études rassemblées par Christiane Berkvens Stevelinck, Hans Bots, et Jens Häseler publié chez Honoré Champion en 200513 a prolongé ces thèmes en insistant sur l’intermédiation des acteurs. Le dernier ouvrage paru où est abordé la question du réseau est un recueil d’études réunies par Pierre-Yves Beaurepaire et Heloïse Hermant sur l’établissement de communications savantes aux XVIIe et XVIIIe siècles14.

Ces études dévoilent les stratégies personnelles ou collectives des savants à l’intérieur des réseaux, en révèleny les mécanismes implicites, les fractures et les limites composant ou décomposant les maillages épistolaires au fil du temps. Il manque toutefois un travail théorique qui permettrait de clarifier les enjeux de cette définition et leur application dans réseaux épistolaires de la République des Lettres.

L’essor des digital humanities facilite désormais l’analyse statistique, chronologique, spatiale et sociale des réseaux épistolaires savants dans le méta-système de la République des Lettres. Le programme CITERE, Circulation Territoire et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières, financé par l’Agence Nationale de Recherche essaie de mettre en place une analyse spatiale de la communication savante. L’utilisation des nouvelles technologies dans l’étude de la République des Lettres permettra de mieux en appréhender sa nature et son fonctionnement.

_____________________

1 Pour une analyse historique et sémantique de la République des Lettres, on se reportera à l’article de Françoise WAQUET, « Qu’est ce que la République des Lettres ? Essai d’analyse sémantique », in Bibliothèque de l’École des Chartes, 1989, tome 147, p. 473-502. Pour une étude généraliste, on se reportera au livre de Hans Bots et Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Bruxelles, De Boeck/Belin, 1997, 188 p.

2 Roger CHARTIER, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, Points Histoire, 2000 (1ere éd. 1990), p. 39.

3 Voir le travail de la sociologue Nathalie HEINICH, Du peintre à l’artiste. Artisans et académiciens à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1994.

4 Lettre de Denis Dodart à Jacob Spon datée du 28 septembre 1679, BML, ms fonds général 1723, f° 254. Cf. lettre n° 256.

5 Annie BARNES, Jean Le Clerc (1657-1736) et la République des Lettres, Paris, 1938, p. 13-14.

6 Paul DIBON, L’université de Leyde et la République des Lettres du 17e siècle, Amsterdam, Quærendo, 1975.

7 Hans BOTS, Republiek der letteren : ideaal en werkelijkheid : rede uitgesproken bij aanvaarding van het ambt van buitengewoon hoogleraar aan de Katholieke universiteit te Nijmegen , Amsterdam, APA-Holland Universiteits Press, 1977.

8 La traduction française de la thèse de Jürgen Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit. Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft est parue en 1978 aux éditions Payot sour le titre L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise.

9 Jean-Pierre CAVAILLÉ, « Le paladin de la République des Lettres et l’épouvantail des sciences sociales. Une réponse à Marc Fumaroli (février 2005) », in Les dossiers du Grihl, 2007,2. (consulté le 3 octobre 2011) URL = http://dossiersgrihl.revues.org/278

10 Paul DIBON, « Les échanges épistolaires dans l’Europe savante du XVIIe siècle », in Revue de synthèse, 1976, n° 81-82.

11 François WAQUET, « Charles Patin et la République des Lettres: étude d’un réseau intellectuel dans l’Europe du XVIIe siècle », in Lias, XII, 1985, p. 115-136.

12 Pierre-Yves BEAUREPAIRE (dir.), La Plume et la Toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, actes du colloque international d’Arras, Arras Artois Presses Université, coll. Histoire, 2002 ; Pierre-Yves BEAUREPAIRE, Jen HÄSELER et Antony McKENNA (dir.), Réseaux de correspondance à l’âge classique (XVIe XVIIIe siècle), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2006.

13 Christiane BERKVENS-STEVELINCK, Hans BOTS, et Jens HÄSELER (éd.), Les grands intermédiaires culturels de la République des Lettres. Etude de réseaux de correspondances du XVIe au XVIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2005.

14 Pierre-Yves BEAUREPAIRE, Héloïse HERMANT, Entrer en communication de l’Age classique aux Lumières, Paris, Garnier, coll. Les Méditerranées, 2013, 347 p.


Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Une réflexion sur « La République des Lettres : essai de définition »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.