Jean Mabillon et Michel Germain en Italie : leur difficile relation avec deux jeunes voyageurs parisiens

A travers la lecture de lettres et de recherches sur l’activité de Charles Patin (1633-1693) à Padoue, je suis tombé sur la relation « animée » de deux savants bénédictins dom Jean Mabillon (1632-1707) et dom Michel Germain (1645-1694) avec deux jeunes mondains Louis Ignace Patin et François Guéniot dont ils avaient la responsabilité lors de leur voyage en Italie. Les bénédictins s’y rendent pour accumuler de nouveaux savoirs en parcourant les plus belles bibliothèques et en fréquentant les plus brillants savants de la Péninsule, les jeunes parisiens y vont pour un voyage de formation qui est aussi une expérience mondaine. Cette divergence d’objectifs est source de tensions entre les voyageurs.

Jean Mabillon et Michel Germain, moines bénédictins de la congrégation de Saint-Maur sont bien connus des historiens et des chartistes pour leurs travaux fondateurs sur la diplomatique.[1]

Les Mauristes avaient voyagé en 1682 et en 1683 en Allemagne par ordre du Roi et de Colbert pour visiter les bibliothèques allemandes à la recherche d’inscriptions, de chartes et de diplômes. Un voyage en Italie était prévu de longue date pour Mabillon qui jouissait d’une grande réputation au-delà des Alpes. Le savant était en relation avec le cardinal Bona, et le bibliothécaire du grand-duc de Toscane Antonio Magliabechi et était grandement attendu à Rome. Mais le voyage en Allemagne puis la santé délicate du Mauriste en 1684 n’avait pas permis de se rendre en Italie rapidement. Il a fallu l’insistance de Dom Claude Estiennot, procureur général de la congrégation de Saint-Maur à Rome et le soutien de l’archevêque de Reims Charles Maurice Le Tellier, avec l’accord du Roi, pour décider Mabillon au voyage en compagnie de son ami Michel Germain.[2] Les voyageurs avaient reçus des instructions bien précises de Charles Maurice Le Tellier avant leur départ d’Italie. Leur première tâche était de se mettre en relation avec les imprimeurs libraires lyonnais Anisson.

Jean Mabillon et Michel Germain quittèrent Paris le 1er avril 1685 en compagnie de deux jeunes voyageurs effectuant leur Grand Tour, François Guéniot et Louis-Ignace Patin (1661-1745) son cousin germain. Le premier avait été envoyé en Italie par son père, médecin à Paris pour devenir docteur à l’université de Padoue. Le second, voyageant sur ses propres deniers se destinait à un voyage à la fois éducatif et mondain : découvrir les antiquités romaines et s’extasier devant la beauté des paysages, des monuments et des œuvres d’art italiennes. [3]  Il ne se destinait pas à la médecine comme son cousin, son oncle et son grand-père Guy Patin (1601-1672) mais au droit, un autre domaine d’études familial.

Voyons le lien de parenté unissant Louis-Ignace Patin et François Guéniot. Le médecin parisien Guy Patin marié à Jean Jeanson eut plusieurs enfants de son mariage. Le premier enfant, Robert, (1629-1670), médecin, s’est marié à Catherine Barré (†1682) en 1660, décrite comme rigide et froide ; le second Charles, que nous avons déjà évoqué s’est marié en 1662 à Madeleine Hommetz (ca. 1642-1722), femme érudite autant qu’influente auprès de son mari ; elle l’a suivie et soutenue dans son exil à Padoue à partir de 1676 après avoir été condamné pour un commerce de livres prohibés par le Roi[4]. Charles Patin s’était installé à Padoue en 1676 où il enseigna la chirurgie puis la médecine à l’université. Il devint une figure intellectuelle incontournable et accueillait chez lui les savants de passage et hébergeait les étudiants français et allemands suivant des études médicales à Padoue.

A la mort de Robert Patin à Paris en 1670, son père Guy se trouva ruiné par le contrat de mariage passé avec Catherine Barré par son fils. le vieux médecin atrabilaire ne pensait pas survivre à son fils ainé, mais comme le contrat le stipulait, il dut verser à sa mort une somme considérable de 13 000 livres à sa bru Catherine Barré auquel le veuvage lui donnait droit. Une rente annuelle était déjà versée du vivant même de Robert Patin. Le coût exorbitant de ce mariage et ses conséquences dramatiques mirent Guy Patin dans l’embarras et il dut se séparer de sa bibliothèque à partir de 1667.[5] Robert Patin eut quatre enfants dont le seul survivant est Louis-Ignace Patin. Il hérita des biens de son père et de son grand-père Guy Patin que sa mère avait dispersée[6] avant de mourir en 1682. Louis-Ignace commença des études de droit et devint plus tard avocat au Parlement de Paris. François Guéniot est lié aux Barré par sa mère. Les cousins Patin et Guéniot bénéficièrent de l’aide de leur oncle Dom Jean Barré (1626-1716). Moine bénédictin et cellérier de Saint-Germain-des-Prés, il jouissait d’un grand crédit parmi ses confrères. Il côtoyait quotidiennement Jean Mabillon et Michel Germain à qui il confia la garde de ses neveux pour leur Grand Tour.

Les voyageurs atteignirent Lyon le 5 avril où ils sont logés chez les Anisson. Les Mauristes entretenaient des liens étroits avec cette famille d’imprimeurs libraires. La maison Anisson s’avérait être la seule en France à publier des livres érudits et complexes, comme les 28 volumes de la Maxima Bibliotheca Veterum Patrum de Marguerin de la Bigne, parue en 1677, et s’assurait un monopole sur ce petit marché dont les savants italiens étaient friands. Jean Anisson servit d’intermédiaire entre les Bénédictins et l’archevêque Le Tellier pour leur correspondance. Mabillon et Germain avaient pour instruction d’envoyer par son entremise livres et manuscrits et rendre compte chaque semaine de leur voyage.[7]  Jean Anisson missionna son frère cadet Jacques Anisson auprès des Mauristes tant pour faciliter leur correspondance avec Paris via Lyon, que favoriser l’écoulement des livres de la firme lyonnaise en Italie. Le séjour lyonnais des Mauristes se prolongea en raison de la dysenterie de dom Michel Germain.[8] L’équipage se mit en route pour munis de lettres de recommandation fournies par des savants parisiens et lyonnais comme Jacob Spon[9] qui les adressa notamment à Milan au comte Francesco Mezzabarba.

Après un passage par Turin, Verceil, Novare, Milan, Vicenza, l’équipage arriva à Padoue le 18 mai 1685. Les voyageurs français sont hébergés par Charles Patin dans sa vaste demeure. Les Bénédictins visitent durant trois jours la ville guidés par Charles Patin et partent pour Venise sans leurs jeunes compagnons le 21 mai. Le jeune Louis-Ignace Patin fit ainsi connaissance avec son oncle et sa famille : Madeleine Patin sa tante, et ses cousines Gabrielle-Charlotte et Charlotte-Catherine, toutes trois réputées pour leur érudition à Padoue. Mabillon et Germain sont rejoints par Guéniot et Patin le 25 mai. Les voyageurs reviennent à Padoue le 2 juin puis partent pour Rome munis de lettres de recommandation de Charles Patin pour Bologne et Florence.

L’équipage atteint Rome au milieu du mois de juin 1685. La Ville Éternelle est l’un des principaux objectifs du voyage des Bénédictins. Leur séjour de trois mois leur donne l’occasion de visiter les principales bibliothèques de la ville – ils sont reçus avec tous les honneurs au Vatican et chez la reine Christine de Suède – pour compulser livres et manuscrits rares, d’admirer ses vestiges antiques païens et chrétiens et d’en recopier les inscriptions. Jean Mabillon et Michel Germain logeaient chez les bénédictins de la Via Gregoriana, près de la Trinité-des-Monts où ils retrouvèrent leurs confrères et amis dom Claude Estiennot et dom Jean Durand, son assistant. Patin et Guéniot ne logeaient pas dans le monastère bénédictin au pied du Pincio, mais dans un hôtel où ils menaient la grande vie. Les questions d’argent de Patin et Guéniot ont semble-t-il été le problème principal des Mauristes. Mabillon, qui tenait la bourse des voyageurs, se trouva rapidement gêné par leurs dépenses et leur conduite. Michel Germain s’en plaignit à ses correspondants parisiens, comme dom Thierry Ruinart :

« Les neveux de D. J. Barré font plus d’embarras à D. J. M[abillon] qu’on ne croit. Ce n’est pas qu’ils soient de mauvaises mœurs, mais il ne nous est pas possible, ni peut-être il n’est pas à propos de les ranger comme de petits garçons. Patin est maître de son bien, et prétend que ce qu’il dépense ici, il le dépenserait plus à Paris ; Guéniot ne dit mot, mais il ne veut pas moins faire que l’autre. S’il était seul on le gouvernerait ; avec l’autre que fera-t-on ? Ils agissent comme des gentilshommes de qualité. J’ai eu beau leur dire, ils n’ont rien rabattu de leur dépense, et les engagements étant pris pour un mois il a bien fallu les laisser rouler et payer […] Je vous demande pardon de ces fatigues. Je suis ravi de n’être pas chargé de la bourse ; mais si je l’avais été j’aurais bien rangé nos deux jeunes glorieux, qui certainement malgré mes remonstrances ont dépensé beaucoup plus que d’autres plus rassis n’auraient fait. D’ailleurs ce ne sont pas de gens d’application, et il leur faut plus de temps à s’ajuster qu’aux femmes de Paris. En un mot ce sont des enfants qui ont l’air du monde et puis c’est tout. »[10]

Les Mauristes écrivirent à Paris à dom Jean Barré pour le tenir informé de la conduite de ses neveux et lui demander de l’argent pour que les jeunes voyageurs puissent continuer leur itinéraire. Averti de l’attitude de son fils, Le père du jeune Guéniot ne se priva pas de réprimander plus tard son fils par des lettres véhémentes qui choquèrent les savants bénédictins. Michel Germain croit bon de dire à Thierry Ruinart ses états d’âme sur les rudes paroles de Guéniot père :

« Je vous prie de dire en particulier à D. J. Barré que la manière dont M. Guéniot écrit à son fils rebute extrêmement D. J. M[abillon] et lui fait une peine extrême ; et moi-même qui n’était pas fâché qu’on fit sentir à ces jeunes la nécessité qu’ils ont de ménager, je suis contraint de consoler le jeune Guéniot qui assurément ne mérite pas d’être traité en chien par son père, de peur que l’excès de la douleur où il est ne le rendre grièvement malade, ou ne lui fasse tourner la tête, ou faire des actions de rebut. […] Priez donc D. J. Barré de faire écrire par M. Guéniot à son fils d’une manière plus humaine et plus modérée.  Tenez aussi la main que J. D. Barré envoie incessamment la lettre de créance, pour que D. J. M[abillon] reçoive ce qu’il marque avoir avancé et devoir avancer pour eux. On ne leur donnera rien à contre-temps et s’il reste quelque chose, on le metra entre les mains de M. Patin de Padoue, où ils vont. »[11]

L’érudit alla jusqu’à regretter d’avoir rendu service à Jean Barré en prenant ses neveux sous leur protection, d’autant plus que Patin et Guéniot n’hésitaient pas à manipuler ses confrères pour obtenir l’argent dont ils avaient besoin :

« Dans la crainte ou si vous aimez mieux la prévoyance que D. J. Barré ne soit en vendange, je vous écris ici de ce qui le regarde, ou plutôt MM. ses neveux, afin que vous teniez efficacement la main que tout aille bien, et que D. J. M[abillon] n’ait plus de chagrin de ce qui les regarde. M. le médecin Guéniot n’était pas connu de nous ; et si nous l’eussions connu, son fils serait encore en France, et M. Patin aussi. Je vous ai mandé comme il n’a pas été en notre pouvoir de gouverner à notre mode la dépense de ces deux jeunes gentilshommes italiens ; nous avons demandé aux parents l’explication de leur volonté, et moi en particulier, qui prévoyais assez la suite de tout ceci […] Quand je les pressais, ils cajolaient D. J. M[abillon] et lui représentaient si bien la nécessité de leur dépense que nos trois pères [Mabillon, Estiennot et Durand] se mettaient contre moi pour les justifier. Mais quand c’est venu pour payer, il s’est trouvé qu’ils avaient tort, et que si l’on m’avait cru, ils auraient pu dépenser près de la moitié moins de ce qu’ils dépensaient chaque jour. Il est vrai qu’ils n’auraient pas été si magnifiques en toutes choses ; mais qui sont-ils pour tenir ce train ? N’aller presque qu’en carrosse, avoir un valet pour les suivre, être dans une grosse hôtellerie à quarante livres pour la seule bouche, avoir maîtres de guitare et de langue italienne, voir les vignes, être du train de l’ambassadeur, prendre des orzata et d’autres rafraichissements délicieux, être blanchis comme le roi, etc. Il a fallu donc payer tout cela, et avoue pour lors que j’avais raison de les presser, et qu’on avait tort de me contredire. »[12]

Ce train de vie frivole au yeux de Michel Germain fait pourtant partie des pratiques des jeunes gens de la haute société dans le cadre du Grand Tour, qui est autant un voyage de formation qu’une expérience mondaine [13]. On doit tenir son rang et cela passe autant par des signes extérieurs vestimentaires que par le divertissement. La frivolité quasi-aristocratique de Patin et Guéniot apparaît néanmoins en totale contradiction avec la règle bénédictine suivie par Jean Mabillon et Michel Germain bannissant tout superflu.

Finalement, Patin et Guéniot sont autorisés par Dom Jean Barré à se rendre à Naples au mois de septembre 1685. Après un séjour en Campanie, ils sont de retour à Rome le 21 septembre 1685 et s’apprêtaient à reprendre la route de Padoue le 26 septembre. Michel Germain ne cacha pas à Thierry Ruinart son soulagement d’être débarrassé de ces encombrants jeunes gens :

« Je vous prie encore une fois de dire ou d’écrire à D. J. Barré que MM. ses neveux sont de retour de Naples en parfaite santé et qu’ils se disposent à partir demain au plus tard pour Padoue. On leur donnera tantôt les deux cents livres pour le voyage. Après quoi on n’entendra plus parler d’eux. Outre que leur chemin est de passer par Florence, ils ne nous obéiront pas quand nous voudrions les empêcher de voir cette belle ville. Ils sont si aises d’avoir vu Naples et si charmés de l’insigne beauté de cette ville, que je suis assuré qu’ils vendraient plutôt leurs habits que ne pas voir aussi Sienne, Livourne et les autres raretés de la Toscane. Ainsi ils auront tout vu, et à la bourse près on doit être content de leur conduite. Si après cela Guéniot n’étudie pas à merveilles à Padoue, ce sera bien sa faute. Pour Patin je ne crois pas qu’il nous y attende, si ce n’est que le carnaval de Venise gagne sur lui. Mais comme il y a encore environ trois mois et demi jusqu’à ce carnaval, je doute fort qu’il patiente jusque-là. Du moins n’a-t-il guère envie de se rompre la têtre à force d’étudier, aussi n’en a-t-il pas le génie, et je ne sais si Guéniot en a plus, quoiqu’il soit plus posé. Me voilà épuisé sur ce chapitre. »[14]

Les deux cousins rejoignirent Padoue en octobre 1685 et sont logés chez Charles Patin. Louis Patin assiste bien au carnaval de Venise  contrairement aux propos peu amènes rédigés par Michel Germain. Selon une lettre de son oncle adressée à cette époque au numismate bolognais Giuseppe Magnavacca, il devait rester avec lui jusqu’à Pâques.[15] Son cousin François Guéniot devint docteur en médecine en en philosophie de l’université de Padoue le 31 mars 1686[16] et rentra dans les grâces de son père.

Jean Mabillon et Michel Germain retrouvèrent la France au début de l’été 1686 après avoir visité Florence, Bologne, Modène, Ferrare, et Padoue – où ils logèrent chez le cardinal Gregorio Barbarigo – Venise, Parme, Milan, Pavie, et Gênes. On ne trouve aucune trace de la présence de Louis-Ignace Patin et François Guéniot dans la relation de leur voyage, Iter Italicum litterarium dom Johannis Mabillon et dom Michaelis Germain annis 1685 et 1686[17] uniquement tournée vers l’érudition.

_____________________________

[1] Voir notamment Jean Leclant, André Vauchez et Daniel-Odon Hurel, Dom Jean Mabillon, figure majeure de l’Europe des lettres. Actes des deux colloques du tricentenaire de la mort de dom Jean Mabillon (abbaye de Solesmes, 18-19 mai 2007 ; Palais de l’Institut, Paris, 7-8 décembre 2007), Paris, de Boccard, 2010, 739 p.

[2] Pasquin Valery, Correspondance inédite de Mabillon et de Montfaucon avec l’Italie, t. 1, Paris, Guilbert, 1846, p. 51-53.

[3] Voir Jean Boutier, « Le grand tour : une pratique d’éducation des noblesses européennes (XVIe-XVIIIe siècles) », in Le voyage à l’époque moderne, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2004, p. 15.-16 ; et Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité : Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe – début XIXe siècle, Publications de l’École française de Rome, 2008.

[4] Françoise Waquet, « Guy et Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre à Paris au XVIIe siècle », Journal des savants, 2-1, 1979, p. 125‑148.

[5] Loïc Capron, « La Bibliothèque de Guy Patin et sa dispersion », Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin [En ligne] //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8012

[6] On trouve trace d’une vente de la bibliothèque de Guy Patin au libraire Guillaume Macé dans les minutes du notaire parisien Louis Pillault en 1674, Paris, Archives nationales MC/ET/CII/63 – MC/ET/CII/144 – MC/ET/CII/80.

[7] Paris, Bibliothèque nationale (BnF), ms fr 19639, f° 119.

[8] Lettre de dom Michel Germain à Placide Porcheron écrite de Turin datée du 20 avril 1685, BnF, ms fr 17679 f° 128-129 ; publiée dans John Paul McDonald (éd.), Dom Michel Germain, Lettres d’Italie (1685-1686), Florence, Léo S. Olschki, 1992, lettre n° 1, p. 3-4.

[9] Lettre de Jacob Spon à Claude Nicaise le 11 avril 1685, BnF, ms fr 9360, f° 306.

[10] Lettre à Thierry Ruinart de Rome, 11 septembre 1685, BnF, ms fr 17679, f° 154, publiée John Paul McDonald (éd.), Op. cit., lettre n° 32, p. 66-68.

[11] Dom Michel Germain à Thierry Ruinart, Rome 28 août 1685 publié John Paul McDonald (éd.), Ibid., lettre n° 27, p. 55-56.

[12] Lettre de Dom Michel Germain à Thierry Ruinart, Rome, 18 septembre 1685, BnF, ms fr 17679 f° 155-156 , John Paul McDonald (éd.), Ibid., lettre n° 33, p. 68-70. L’orzata est une boisson à base d’orgeat.

[13] Jean Boutier, « Le grand tour : une pratique d’éducation des noblesses européennes (XVIe-XVIIIe siècles) », Le voyage à l’époque moderne, n° 27, Paris, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 2004, p. 15-16.

[14] Lettre à Thierry Ruinart, Rome, 25 septembre 1685, Bnf ms fr 17679 f° 159-160 ; lettre n° 35, John Paul McDonald (éd.), Op. cit., Florence, Léo S. Olschki, 1992, p. 74-76.

[15] Lettre de Charles Patin à Giuseppe Magnavacca datée du 24 octobre 1685, Bologne, Biblioteca comunale dell’Archiginnasio, B. 1715, f° 81.

[16] Giuliana Toso Rodinis « Un particolare registro universitario del XVI secolo », Studi di Letteratura francese, vol. 2, n°105, Florence, Leo S. Olschki, 1970, p. 147.

[17] Jean Mabillon, Michel Germain, Iter Italicum litterarium dom Johannis Mabillon et dom Michaelis Germain annis 1685 et 1686, Luteciae Parisiorum : apud Vam E. Martin, J. Boudot et S. Martin, 1687, 244 p.


1 réflexion sur « Jean Mabillon et Michel Germain en Italie : leur difficile relation avec deux jeunes voyageurs parisiens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.