Les péchés de l’antiquaire

Le Singe antiquaire (vers 1726, par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses pièces et de ses livres.
Le Singe antiquaire (vers 1726), par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses planches et de ses livres.

Le proverbe populaire dit : « la curiosité est un vilain défaut. » Elle l’est, en effet à l’époque moderne pour un certain nombre de philosophes, de moralistes et de théologiens.

Jean de La Bruyère (1645-1696) en donne une définition admise par ses contemporains dans Les Caractères : « La curiosité n’est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare, unique, pour ce qu’on a et ce que les autres n’ont point. »[1]

La curiosité au XVIIe siècle est un goût pour l’unique et la rareté, mais une rareté de valeur : elle est associée au collectionnisme par l’étude d’objets naturels ou artéfactuels rares. Qu’il s’agisse d’artefacts antiques ou de tulipes, elle reste du domaine de la distraction érudite. Mais cette distraction peut dériver en une passion dévorant l’esprit des curieux.

Continuer la lecture de Les péchés de l’antiquaire

Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

Médecin de profession, Jacob Spon fut intéressé par l’expérimentation de nouveaux remèdes. Bien que fidèle aux thèses hippocrato-galéniques, il publia d’ailleurs un ouvrage sur les Aphorismes d’Hippocrate[1], Il innovait par l’application sur ses patients et sur lui-même de ses propres potions.

Continuer la lecture de Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

Le réseau : définition, analyse et représentation

A la lumière de la littérature scientifique sur le sujet des réseaux, tout semble avoir été dit ou presque.  Si l’histoire a bien avancé sur les réseaux, elle le doit en partie à des incursions sur les terres de la sociologie et de la géographie. Aussi n’est-il pas étonnant de trouver de nombreux références aux sociologues dans ce qui va suivre. Mais chez les historiens modernistes, il existe aussi depuis le début des années 2000 une véritable réflexion sur l’articulation réseau-correspondance.1 Cela fera sans doute l’objet d’un billet prochainement. Il ne s’agit pas ici de faire un résumé exhaustif des publications sur les réseaux, mais  de donner quelques lignes de force sur cette notion à la mode dans le champ de sciences humaines et sociales et en particulier de l’histoire.

Continuer la lecture de Le réseau : définition, analyse et représentation

Penser la République des Lettres avec le rhizome guattaro-deleuzien : une approche pertinente ?

 

Source : flickr "Réseau/network" par Olivier Bacquet. Licence CC -BY.
Source : flickr « Réseau/network » par Olivier Bacquet. Licence CC -BY.

 

Lors de la rédaction de ma thèse, je me suis intéressé à la manière dont on pouvait penser les réseaux de correspondants de la République des Lettres au XVIIe siècle. J’avais remarqué en histoire, une carence certaine la modélisation sinon la tentative d’établir des typologies de réseaux épistolaires. Les études se cantonnent trop facilement à mon goût dans des approches descriptives sans tenter de cerner les modalités de fonctionnement de ces réseaux, et la manière dont s’y diffusent les informations et savoirs. Il faut alors sortir de notre champ disciplinaire et aller « braconner » comme l’écrivait Michel de Certeau, sur les territoires de la sociologie et de la philosophie.

Continuer la lecture de Penser la République des Lettres avec le rhizome guattaro-deleuzien : une approche pertinente ?

Penser la République des Lettres : espaces et lieux

La correspondance conservée de Jacob Spon n’est pas une correspondance très « étoffée » si on la compare à d’autres correspondances savantes du XVIIe siècle comme celle de Pierre Bayle. Les 431 lettres recensées pèsent peu par rapport aux 1500 plis du philosophe, mais en dépit de lacunes, elle permet de questionner le chercheur aux interactions intellectuelles et matérielles entre les innombrables acteurs de la République des Lettres. On peut s’interroger sur les ressemblances et dissemblances qui animent ces réseaux savants de la seconde moitié du XVIIe siècle pour tenter d’en appréhender les modalités de constitution et leur pérennité au fil des années. On peut très bien étudier la République des Lettres comme un méta-réseau, mais on ne peut se cantonner à une recherche purement descriptive qui ne s’intéresse guère au fonctionnement de cet espace intellectuel. Continuer la lecture de Penser la République des Lettres : espaces et lieux