Les péchés de l’antiquaire

Le Singe antiquaire (vers 1726, par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses pièces et de ses livres.
Le Singe antiquaire (vers 1726), par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses planches et de ses livres.

Le proverbe populaire dit : « la curiosité est un vilain défaut. » Elle l’est, en effet à l’époque moderne pour un certain nombre de philosophes, de moralistes et de théologiens.

Jean de La Bruyère (1645-1696) en donne une définition admise par ses contemporains dans Les Caractères : « La curiosité n’est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare, unique, pour ce qu’on a et ce que les autres n’ont point. »[1]

La curiosité au XVIIe siècle est un goût pour l’unique et la rareté, mais une rareté de valeur : elle est associée au collectionnisme par l’étude d’objets naturels ou artéfactuels rares. Qu’il s’agisse d’artefacts antiques ou de tulipes, elle reste du domaine de la distraction érudite. Mais cette distraction peut dériver en une passion dévorant l’esprit des curieux.

Continuer la lecture de Les péchés de l’antiquaire

Sur une œuvre inédite de Jacob Spon publiée par son neveu Gabriel Dumont

On connait Jacob Spon pour ses écrits sur l’Antiquité gréco-romaine, sous l’angle de la curiosité et de l’antiquarisme, c’est-à-dire de l’archéologie. On connait moins Jacob Spon historien de l’Antiquité, et pour cause : le médecin-antiquaire lyonnais n’eut pas le temps de publier ses écrits historiques, basés sur le modèle des Vies parallèles de Plutarque. Certes, il existe l’Histoire de la ville et de l’Etat de Genève publiée en 1680, mais son dessein comme ses implications ne furent pas les mêmes. Hormis une œuvre publiée par son neveu Gabriel Dumont, il ne reste à notre connaissance aucune trace de ces manuscrits laissés par l’antiquaire à Lyon lorsqu’il s’exila en Suisse.

Continuer la lecture de Sur une œuvre inédite de Jacob Spon publiée par son neveu Gabriel Dumont

Antiquarisme, antiquariat, antiquaire… quelques définitions

Antiquarisme :

La fait de s’intéresser à l’Antiquité sous toutes ses formes et d’en interpréter les vestiges littéraires ou matériels. Cette science,  ou du moins cette forme de curiosité est plus connue au XVIIe siècle sous le nom d’Antiquariat, ou d’archéographie.

Antiquariat :

Jacob Spon donne le premier une définition « scientifique » de l’antiquariat, qu’il nomme aussi « archéographie » soit l’archéologie.

« L’Archéographie est le fait de montrer ou de connaître les vestiges antiques par lesquels les Anciens se sont appliqués à diffuser la Religion, l’Histoire, la Politique et les autres arts ou sciences de leur temps, et à les transmettre à la postérité. Or étant donné la diversité des supports sur lesquels ces traces se  trouvent gravées, l’Archéographie semble devoir se subdiviser en autant de sciences. »1

Ces subdivisions sont au nombre de huit : la numismatographie (science des monnaies), l’épigrammotographie (l’épigraphie), l’architectonographie (science des édifices), l’iconographie (science des statues), la glyptographie (science des gemmes), la toreumatographie (science des bas-reliefs), la bibliographie (sciences des manuscrits), et l’angeiographie (science des instruments).

Cette définition jette les bases de la science archéologique en mettant au centre de l’étude l’objet d’art.

Antiquaire :

« Homme  qui a recherché & bien étudié les monuments qui nous restent de l’antiquité, ou qui en a écrit. Monsr. Peyresc Provençal a été un des plus sçavants Antiquaires de son temps. »

Le dictionnaire de Trévoux reprend en 1771 la définition de Furetière et ajoute : « qui est versé dans la connoissance des monumens antiques, tels que sont les monnoies, les statues, les livres, les médailles & généralement toutes les pièces curieuses qui nous peuvent donner quelque connoissance de l’antiquité. « 

L’antiquaire n’est pas un historien, mais cherche à resituer l’histoire dans un contexte. Il rétablit l’exactitude des faits à l’aide des sources matérielles antiques qu’il exhume. Son approche du passé se veut totale et ne réduit pas à une simple rectification chronologique. Son but est de comprendre le fonctionnement des sociétés antiques qu’il examine.

 ______________

1 Jacob Spon, préface des Miscellanea eruditae antiquitatis, 1685, mais on retrouve cette définition sous le nom d’antiquariat en 1679 dans la Réponse à la critique publiée par M. Guillet.

2 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, 1690.