Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

Médecin de profession, Jacob Spon fut intéressé par l’expérimentation de nouveaux remèdes. Bien que fidèle aux thèses hippocrato-galéniques, il publia d’ailleurs un ouvrage sur les Aphorismes d’Hippocrate[1], Il innovait par l’application sur ses patients et sur lui-même de ses propres potions.

Avec l’apothicaire Philippe Sylvestre Dufour, un de ses amis, il crut aux vertus thérapeutiques du café, du thé et du chocolat. Ils publièrent en 1671 De l’usage du caphé du thé et du chocolate, Une seconde édition fut imprimée 1685. La première édition s’intéressait aux propriétés médicales des breuvages ; tandis que la seconde aborde leur préparation et leur consommation. Jacob Spon s’intéressa aussi  aussi au riz « musqué » venant d’Orient, qu’il recevait d’Alep. Il expérimenta aussi l’écorce de quinquina, sur ses patients lorsque sa prescription contre les fièvres par le médecin anglais Robert Talbot connut un grand succès à Paris, dans les années 1679-1680.

L’expérimentation demandait de se renseigner sur les innovations médicales, et sur la manière dont on pratiquait la médecine dans le monde. Par ses relations épistolaires, Jacob Spon était informé des parutions médicales et des curiosités sur cette matière. A Lyon, il se réunissait chaque mercredi à 1 heure de l’après-midi avec deux confrères, Pierre II Garnier, et Deville, pour discuter des maladies de leurs patients, expérimenter certains remèdes et donner leurs avis aux indigents.  Ces médecins d’ailleurs, ne se cantonnaient pas à rester dans un cabinet, mais semblent avoir voyagé pour effectuer leurs expériences. On les trouve aux eaux de Bourbon et de Vichy vers 1679 pour étudier leurs propriétés chimiques et curatives. Spon fit plusieurs le voyage dans le Bourbonnais pour étudier ces eaux minérales, et en tira une relation[2].

La position géographique de Lyon, passage incontournable pour les curieux et savant entre Paris, l’Italie l’Allemagne, favorisa les rencontres de médecins, d’apothicaires, de curieux et savants… En 1680, l’un deux s’arrêta longuement à Lyon, il s’agit de l’aventurier allemand John Lederer (1644-1680).

John Lederer est originaire de la ville de Hambourg. Il émigra en Virginie en 1668. Il explora les montagnes Appalaches, en particulier les montagnes Blue Ridge en 1669 et en 1670. Il put observer les coutumes et à la médecine de tribus indiennes de cette région. Il rédigea une courte relation en latin sur son exploration qui fut publiée en anglais deux ans plus tard en 1672 à Londres, alors qu’il était installé au Maryland[3].

Toutefois il revint en Europe en 1680, et l’aventurier fit longuement étape à Lyon où il rencontra Jacob Spon et le médecin De Ville, lesquels souhaitaient augmenter leurs connaissances sur les fébrifuges. Spon détailla sa rencontre dans la première dissertation en latin des Observations sur les fièvres et les fébrifuges[4] puis dans les éditions françaises de 1681 et 1684[5].

Observations sur les fièvres et les febrifuges, 2e édition, 1684, chapitre 1.
Observations sur les fièvres et les febrifuges, 2e édition, 1684, chapitre 1.

« Le dessein d’apprendre quelque chose de plus que ce que nous en sçavions sur la matiere des Febrifuges, nous obligea il y a trois ans[6], Monsieur de Ville & moy, d’arrêter icy un Allemand, Medecin Chymiste, qui revenoit de l’Amerique, où il avoit exercé la Medecine plus de dix ans, pour voir s’il ne nous pourroit point , entr’autres, donner quelque chose de particulier sur le Quinquina qui vient de ces quartiers là, & sur quelques autres de leurs remedes. Mais ce pauvre garçon, après nous avoir dit des choses surprenantes de la Medecine Empirique des Americains, tomba malheureusement d’un escalier, & demeura mort sur la place, luy qui avoit échapé de mille dangers, tant sur la terre, que sur la mer. Depuis environ un mois qu’il étoit arrivé en cette ville, il nous avoit fait ouverture de quelques maladies considerables, comme des fiebres intermittentes, du cancer, de la phtisie, de l’epilepsie, & de quelques autres qui etourdissent les Medecins les plus experts. Il nous avoir meme preparé quelques remedes en nôtre presence, que nous avons trouvé conformes avec les memoires qui nous en sont restez, & de la bonté desquels l’experience nous convainc tous les jours. »[7]

 

John Lederer périt donc tragiquement à Lyon en chutant d’un escalier. Cette information que donne Spon comble une lacune sur la fin de vie de l’aventurier allemand. Nous n’avons trouvé aucune mention de cette mort dans les travaux historiques récents ou anciens consacrés à l’aventurier allemand.

Nous avons cependant dans ce texte un cas intéressant d’échange d’informations médicales. Comme pour l’antiquarisme, la science ne vaut que si elle est partagée à l’ensemble de la communauté savante, démonstrations à l’appui.

Les informations données par John Lederer à Jacob Spon sur la médecine empirique des Indiens de Virginie l’intéressa au point de publier une petite partie de ses notes sur la médecine dès la première version des Observations sur les fievres et les febrifuges  en latin. Elle est reprise dans les éditions françaises mais aussi avec plus de brièveté dans le Journal des sçavans[8].

L’usage de plantes médicinales en guise de remède est ainsi rapporté. Mais Spon ne semble pas trouver les Indiens de Virginie et leurs guérisseurs forts savants. Pire encore, il les juge superstitieux.

« La connoissance de la vertu de ces plantes souveraines pour la Medecine est admirable dans ces gens idiots ; et quoy qu’elle s’apprenne souvent par routine & par tradition, comme parmy nos païsans ; on peut aussi croire que le demon, qui est plus sçavant que tous les hommes, en instruit leurs Prêtres pour les rendre venerables au peuple, car ce sont ces Prêtres qui y font la Medecine ; et qui y meslent toûjours mille superestitions : il y a même grande apparence que le demon se sert de la connoissance qu’il a de certaines plantes ou mineraux pour guerir ou pour causer des maladies. »[9]

L’idiotie des Indiens vient d’une ignorance des principes de la Médecine « occidentale », et du recours à des pratiques superstitieuses que Jacob Spon, en tant que protestant, ne peut que réprouver. L’habileté des guérisseurs ne résiderait que dans la manière dont ils entretiennent l’illusion de leurs pouvoirs ? Il s’agit pour Spon d’une « vertu de simples »[10] que de se transmettre des connaissances médicales de père en fils.

Les observations de Lederer confiées à Jacob Spon ne concernaient pas que la médecine. On trouve dans le Journal des sçavans un extrait de lettre envoyé aux auteurs du périodique par Jacob Spon sur les moyens mnémotechniques qu’utilisent les Indiens de Virginie pour se rappeler des « faits mémorables »[11]. Il est publié ainsi en mars 1681.

La doctrine médicale hippocrato-galénique reste au temps de Jacob Spon une référence indépassable. A la différence de Guy Patin, qui révérait la médecine gréco-romaine antique, Spon ne fut jamais hostile aux innovations. Son goût de l’expérimentation, et son ouverture aux pratiques différentes des siennes, même si elles s’accompagnent de jugements de valeur, témoignent d’une curiosité qui ne se restreignait pas à l’antiquarisme. La rencontre avec Lederer souligne aussi la position géographique privilégiée de la ville entre Paris, Genève et les pays protestants germanophones ; ainsi que l’Italie et l’espace méditerranéen, et la manière dont ses savants et curieux en profitaient. Dans la République des Lettres, la transmission des savoirs passait aussi par l’oral et l’expérimentation scientifique.

[1] Jacob Spon, Aphorismi novi, ex Hippocratis operibus nunc primum collecti notisque illustrati, studio Jacobi Sponii, Lugduni, Apud Anissonios, 1684.

[2] Cf notre article « De nouvelles pistes sur la postérité des oeuvres manuscrites de Jacob Spon

[3] John Lederer, The Discoveries of John Lederer, In three several Marches from Virginia, To the West of Carolina, And other parts of the Continent: Begun in March 1669, and ended in September 1670, : together with a general map of the whole territory which he traversed / collected and translated out of Latine from his discourse and writings, by Sir William Talbot, Baronet, London, printed for J.C. for Samuel Heyrick, 1672.

[4] Jacob Spon, « Observationes de Febribus & Febrifugis Viri Clariss. I.S.D.M.L », Zodiacus medicus gallicus sive Miscellaneorum medico physicorum gallicorum titulo recens in re medica et naturali exploratorum, vnoquoque mense Parisiis gallice prodeuntium annus secundus scilicet M.DC.LXXX. Authore Nicolao De Blegny R.G.C.O, 1682, p. 6‑32.

[5] Jacob Spon, Observations sur les fièvres et les fébrifuges, à l’occasion du livre intitulé « La Découverte de l’admirable remède anglois », Lyon, rue Mercière, à la Victoire [Thomas Amaulry], 1681. La deuxième édition, augmentée et amendée date de 1684.

[6] Nous reprenons la traduction de la deuxième édition, publiée en 1684 mais rédigée en 1683.

[7] Observations sur les fièvres et les febrifuges, Lyon, Thomas Amaulry, 1684, p. 7-9.

[8] Jacob Spon, « La médecine des Ameriquains de la Virginie », Journal des sçavans, V, 23 février 1681, p. 60.

[9] Observations…, Op. cit., 1684, p. 15-16.

[10] Ibid., p. 10.

[11] Jacob Spon, « Extrait d’une lettre écrite de Lyon à l’Auteur du Journal, par M. Spon fils D. M. contenant quelques choses particulieres des Americaines de la Virginie, tirées des Mémoires de Jean Lederer, de Hambourg, qui revenoir de ce Pays là après dix dans de Séjour qu’il y avoit fait. », Journal des sçavans, VI, 3 mars 1681, p. 71.


Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *