De nouvelles pistes sur la postérité des oeuvres manuscrites de Jacob Spon

Vincent Minutoli, dans sa lettre à Pierre Bayle datée du 15 février 1686[1], avait listé les œuvres laissées par Jacob Spon dans son cabinet lors de son exil en septembre 1685.

Parmi ces œuvres manuscrites, figuraient des Vies sur le modèle des Vies parallèles de Plutarque. Nous l’avons vu, son neveu, Gabriel Dumont (1680-1748) avait publié une de celles-ci, celle de Scipion l’Africain, dans le journal Histoire critique de la République des Lettres en 1717. Quelques références à des manuscrits indiqués par Vincent Minutoli confirment que d’autres textes ont été conservés à la mort de Jacob Spon par ses amis.

Deux manuscrits nous intéressent :

  • les « Vies de plusieurs grands personnages à l’imitation de Plutarque »,
  • « des observations sur les eaux minérales faites en mai juin juillet et août 1683 faites avec Henri Moze, ainsi que celles faites sur le même sujet avec les médecins lyonnais Garnier et Deville. »

De la postérité des Vies de Jacob Spon

Certaines des Vies rédigées par Jacob Spon ont échues à des savants installés aux Provinces-Unies par l’entremise de Jean-Baptiste de Solizor.

Natif d’Aurillac, où il est né vers 1661, Solizor est protestant. Jacob Spon s’était lié d’amitié avec lui.

Le 3 avril 1683, le Consistoire de Genève l’enregistrait comme réfugié[2]. Dans une lettre du 17 avril 1683, Jacob Spon demandait à l’imprimeur-libraire genevois Jean-Louis du Four de payer par l’entremise de son père, le pasteur Charles du Four, une pension à Solizor[3], d’un montant de 44 livres[4].

Le 27 novembre 1683, on le trouvait à l’Académie de Genève où il sortit diplômé en « arts libéraux »[5]. Le recteur de l’Académie était, cette année, Vincent Minutoli.

Le professeur le prit sous son aile. Le 24 mars 1685, il écrivait à Pierre Bayle[6] :

« J’ay chez moy un homme qui a le don d’écrire avec beaucoup de politesse et qui a de grandes liaisons avec Mr Spon il avait déja fait quelques pas envers le défunt [Joseph Bayle[7] ] pour se frayer le chemin à vôtre connoissance, il s’appelle Mr Solisor et je vous en écriray amplement. »

Cependant, leur relation s’envenima pour des raisons que nous ignorons. Solizor a peut-être quitté Genève pour les Provinces-Unies dans les derniers mois de l’année 1685. Dans une lettre datée 28 mai 1686, Vincent Minutoli mit en garde son ami Bayle sur la duplicité de Solizor :

« Je ne doute pas, tandis que je m’en souviens, qu’il ne vous aît averti charitablement de ne vous pas beaucoup ouvrir à un homme dont Mr vostre frere et moy deceûs par les apparences vous avions fait autrefois un assez bon rapport mais une plus longue connoissance et la maniere de sa retraite tant de la Suisse que d’icy donnent lieu à ne se pas départir en sa faveur de la maxime qui veut qu’on ne se fie plus à des gens qui ont porté le froc et le caractere qu’on appele indelebile […] je croy qu’on doit tout tenir pour suspect et nous avons méme eu pendant un temps à apprehender quelq[ue] chose p[our] le povre Mr Spon défunt sur ce qu’il s’étoit tellem[en]t infatüé de ce Sol[isor] duquel je vous parle que lui ayant fait trop de confidence, il étoit venu à le craindre comme un homme qui avoit en main de quoy le perdre, il a gardé quelques unes de ces vies de grands hommes dont je vous disois que Mr Spon  faisoit une compilation et il y a apparence qu’il osera le mettre au jour sous son propre nom quoy qu’il n’aît fait qu’y donner quelque coup de lime qui est tout ce de quoy il est capable[,] quoy que non sans quelque teinture de son gasconisme. Le soin que j’ay de vôtre sureté et de vôtre repos m’a fait étre un peu long sur cet article. »[8]

Pierre Bayle lui répondit dans une lettre du 8 juillet 1686. Solizor est venu le voir à Rotterdam au printemps pour lui donner un manuscrit des Vies à l’imitation de Plutarque, mais il a assez vite cerné sa personnalité :

« L’homme, dont vous avez eu la bonté de m’avertir de me défier, m’étoit déjà venu voir long-tems avant votre lettre. Je lui trouvai un grand air de présomption ; et il me communiqua un manuscrit des Vies de Corbulon etc.. Je lui dis que je savais que feu Mr Spon y travailloit. Il me répondit, qu’à la vérité, il avoit eu cette pensée ; mais qu’il avoit donné ensuite cette tâche à lui Mr de Fers: comme aiant plus de politesse de stile, et plus de talent en françois. Il ajouta, que si les amis de Mr Spon vouloient publier ces Vies, comme étant de lui, il se verroit obligé de les revendiquer, et d’en avertir le public dans les gazettes. Je ne l’ai vû qu’un quart d’heure ; après quoi il s’en alla à La Haye, et depuis cela je n’ai plus ouï parler de lui. Je le préparai à n’espérer pas en ce païs de grands biens de sa plume ; parce que les libraires ne paient pas fort largement ni les auteurs, ni les correcteurs, et ainsi, que son manuscrit ne seroit pas capable de le nourrir deux mois. Je ne sai pas s’il l’a présenté à imprimer. »[9]

Bayle mentionne donc un manuscrit des Vies de Jacob Spon. S’agit-il des Vies rédigées par Jacob Spon ou d’un manuscrit de la main de Solizor ? Pierre Bayle avait travaillé en 1672 à un abrégé des Vies de Plutarque. Le projet de Spon l’intéressait, et le médecin lyonnais lui en avait parlé dans ses lettres[10]. Cependant, que le manuscrit soit de la main de Solizor ou de Spon, Pierre Bayle ne l’a jamais publié ni fait usage semble-t-il.

Quant à Mr de Fers, qui possédait le manuscrit original des vies de Jacob Spon, nous n’en avons pas trouvé de qui il s’agissait.

Des observations sur les eaux minérales

Dans sa lettre à Pierre Bayle du 15 février 1686 , Vincent Minutoli mentionne, d’après les renseignements donnés par un ami intime de Jacob Spon, l’apothicaire Henri Moze alors en exil à Genève, l’existence d’observations sur les eaux minérales par Jacob Spon. Le médecin lyonnais s’est rendu, semble-t-il plusieurs fois dans des villes thermales du Bourbonnais pour étudier les propriétés curatives des eaux et leurs effets sur les patients.

Le voyage en compagnie de l’apothicaire Henri Moze en 1683 est bien documenté par la correspondance épistolaire de Spon[11]. Parti vers le 20 avril, le médecin espérait revenir à Lyon vers la Pentecôte au début du mois de juin. Il fut de retour à Lyon vers le 22 mai 1683. Son voyage fut l’occasion de mêler observations médicales et curiosité pour les Antiquités par une boucle le menant à Montpellier, Narbonne, Albi, Castres, Toulouse, Montauban, Bordeaux, Royan pour admirer le phare de Cordouan, puis la Rochelle, Angoulême, Périgueux, Limoges, Montbrison. Mais sur le chemin, les voyageurs sont victimes de rumeurs comme l’écrit Jacob Spon à Pierre Bayle en 1684 :

« N’arriva-t-il pas que dans ce temps-là que nous étions déja vers les Pyrenées, ces bruits du Dauphiné et du Vivarêts touchant la Religion éclatèrent  et que quelqu’un, qui apparemment n’étoit pas de mes amis, fit courir le bruit, que nous étions allez porter des lettres circulaires à toutes nos Eglises, pour les obliger à prêcher non obstant les arrêts ; que nous avions ensuite été arrêtez à Montauban, puis menez et executez à Paris. Le bruit en étoit si universel, que des magistrats même le dirent en pleine audience. »[12]

« Cependant, écrit-il à l’abbé Nicaise dès son retour, nous voyla sains et saufs sans avoir esté arrestés […]. Mr l’Archevesque et Mr l’Intendant m’ont fait la justice de ne pas vouloir croire la chose dont je les allay remercier à mon arrivée. »[13]

Voilà Jacob Spon et Henri Moze blanchis de ces calomnies, mais le médecin a toutefois confirmée par précaution son innocence auprès de l’archevêque Camille de Neuville de Villeroy et de l’intendant du Lyonnais, André Lefebvre d’Ormesson, bienveillants à son égard.

Mais revenons aux eaux minérales.

Le médecin lyonnais avait des liens avec les Protestants du sud de la Bourgogne, une petite communauté étudiée par Germaine Lemétayer dans sa thèse en 2009[14]. Les Spon semblent avoir eu des liens avec quelques familles protestantes bourguignonnes. Parmi ces Réformés, figure Aymé Janthial, originaire de Chalons-sur-Saône, et né en 1642. Il a connu Jacob Spon au collège de Genève, où il sort diplômé en théologie et en philosophie en 1663[15], soit une année après Jacob Spon. Il entreprit des études médicales à l’université de Montpellier où il obtient son bonnet. Une lettre à Jacob Spon du 17 janvier 1668[16] fait d’ailleurs état de l’actualité de la faculté de médecine. Aymé Janthial, à l’issue de son doctorat, est retourné pratiquer à Chalons-sur-Saône. De cette ville, il écrivit en 1672 une lettre à Jacob Spon où il se proposait d’aller aux eaux de Bourbon avec son ami :

« Je m’estois tousjours promis d’avoir le bien de vous voir en ce pais aupres des curieux dont j’ay pris connoissance, nestant pas asses esclairé en ces choses là pour en faire moy mesme, mais ce sera quant il vous plaira, ne voyant pas par vostre derniere que vous pensies au voyage de Bourbon, puisque nous sommes dans la saison qu’on y va et que vous n’en parlez pas, ce qui ne me fait pourtant pas désesperer de le faire avec vous dans une autre saison, qui peut estre sera plus commode que celle cy et Bourbon plus garni de malade si les eaux ne sont gastees par des pluies trop frequentes comme elles sont a present.»[17]

Quelques années plus tard, et indépendamment de ses contacts en Bourgogne, Jacob Spon s’est effectivement rendu dans le Bourbonnais. Le 6 mai 1680, il signale son départ de Lyon par une courte lettre à l’abbé Nicaise.

« Monsieur,

      Je pars aujourd’huy pour aller voir les eaux et bains de Bourbon Lanci et l’Archimbault et de Vichy, et de là s’il plaist à Dieu jusqu’à Paris ou j’espère estre dans trois semaines au plus tard. »[18]

Dans la première édition des Observations des fièvres et des febrifuges datée du 12 décembre 1680, publiée en latin dans le périodique médical Zodiacus medicus gallicus paru en 1682, et traduite en français en 1681,  Spon fait état de ce voyage :

« Il est constant que les eaux minerales sont d’un tres-grand secours pour guerir les fièvres intermittentes chroniques : mais il faut observer que ce sont particulierement celles qui sont chaudes & impregnées d’un sel nitreux conforme au vray nitre des anciens, & de quelque partie de soufre ; comme sont celles de Bourbon l’Archambaud & de Vichy : c’est ce que j’ay remarqué dans le voyage que j’y fis le Printemps passé avec Messieurs Garnier fils et De-Ville mes Collegues. »

En 1686, Vincent Minutoli fait état de ces observations sur les eaux minérales faites avec les médecins lyonnais De Ville et Pierre II Garnier [20]. Jacob Spon, Henri Moze et ces médecins se connaissaient bien. Ils organisaient à Lyon des réunions médicales hebdomadaires :

« […] Il [Spon] tenoit des assemblées tous les me[r]credis à une heure apres midy, pour conferer sur les diverses maladies qu’ils avoient pû voir pendant la semaine, et rapporter leurs observations ; et c’étoit là que tous les pauvres qui avoient quelques incommoditez avoient coûtume de se rendre, pour consulter ces trois medecins, qui faisoient aussi entr’eux plusieurs preparations de chymie. »

Spon, Moze, Garnier et De Ville s’adonnaient aussi à quelques expériences, comme une dissection d’un «chat monstrueux » rapportée par le Journal des sçavans du 15 juillet 1680[21].

Il est donc attesté que Pierre II Garnier et De Ville accompagnèrent Jacob Spon dans un de ses voyages aux eaux de Bourbon au printemps 1680. Le médecin Burlet le confirma dans un « Examen sur les eaux de Vichi et de Bourbon » en 1707 présenté à l’Académie royale des Sciences[22]. De Ville n’est pas mentionné par ce médecin.

Pour ses expériences, Burlet a consulté, un manuscrit des observations sur les eaux minérales de Spon et Garnier qu’il date d’une vingtaine d’années.

Ce document manuscrit a été conservé par Henri Moze à la Révocation. Comme Spon, l’apothicaire s’exila en Suisse. Il veilla son ami agonisant à l’hôpital communal de Vevey en décembre 1685, Par la suite, Moze resta un temps à Genève puisque le 21 mai 1686, il reçoit à Genève la somme de mille francs léguée par disposition testamentaire de Jacob Spon [23].

On retrouve l’apothicaire quarante ans plus tard vers 1727-1728, indigent, vivant en Angleterre à Londres dans le quartier de Spitalfield, où il fréquentait l’église huguenote de La Patente. Il bénéficia avec sa femme et sa fille, à l’âge de quatre-vingt ans, d’une gratification du Comité français de 19 livres 10 sols sur les 24 000 livres données par le roi d’Angleterre George Ier aux pauvres protestants français exilés Outre-Manche [24]. En 1729, il obtint une seconde distribution de 5 livres 10 sols sur les 6872 livres accordées par le roi George II[25]. Il est peu vraisemblable que Moze ait encore conservé ses manuscrits à Londres. Burlet a dû consulter ce manuscrit ou une copie en France.

En dépit de ces lacunes sur leur postérité et leur éventuelle conservation, il est désormais confirmé, par les deux exemples que nous venons de donner, que les papiers mentionnés par Vincent Minutoli ont été tirés du cabinet de Jacob Spon à Lyon et conservés après sa mort. Peut-être existent-ils encore…

___________________

[1] Voir la lettre de Vincent Minutoli à Pierre Bayle datée du 15 février 1686, Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire Foundation, Oxford, Voltaire foundation, tome VI, lettre n° 517, 2007, [URL] http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-517-Vincent-Minutoli-a

[2] F. Reverdy, « Relevé du nom des prosélytes et réfugiés figurant aux Registres du Consistoire de Genève à partir de 1660 », in Bibliothèque de la Société d’Histoire du Protestantisme français, vol. 64, N° 2 (Mai-Août 1915), p. 538-560.

[3] Lyon, Archives départementales du Rhône, BP 3994, compte Spon, f° 8. Il s’agit d’une copie de lettre.

[4] Lyon, Archives départementales du Rhône, BP 3994, compte Spon, f° 1.

[5] Suzanne Stelling-Michaud, Le Livre du recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), vol. I, Genève, Droz, 1959, notice 4555, p. 246.

[6] Lettre du 23 mars 1685 à Pierre Bayle, Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire foundation, tome V, lettre n° 399, 2006, p. 299. [URL] http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-399-Vincent-Minutoli-a

[7] Le frère de Pierre Bayle, Joseph Bayle, mort le 9 mai 1684, s’était aussi lié à Solizor.

[8] Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire foundation, tome VI, lettre n° 565,2008. [URL] http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-565-Vincent-Minutoli-a

[9] Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire foundation, tome VI, lettre n° 593, 2008. [URL] http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-593-Pierre-Bayle-a-Vincent

[10] Lettre de Jacob Spon à Pierre Bayle du 3& janvier 1685, Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire foundation, tome V, lettre n° 382, 2007. [URL] http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-382-Jacob-Spon-a-Pierre

[11] Voir la lettre du 20 avril 1683 adressée à l’abbé Claude Nicaise, Paris, Bibliothèque nationale, ms 9360, f° 286-287 ; la lettre à Claude Nicaise du 23 mai 1683, BnF, ms fr 9360, f° 296-297 ; et la lettre à Pierre Bayle du 20 décembre 1684, parues dans les Nouvelles de la République des Lettres, Janvier 1685, article V, Rotterdam, Reinier Leers, 1685. p. 203-204, rééditée dans la Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire foundation, tome V, lettre n° 371, 2007. [URL] http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-371-Jacob-Spon-a-Pierre

[12] Correspondance de Pierre Bayle, lettre n° 371, Ibid.

[13] Lettre du 23 mai 1683, cf. Supra.

[14] Germaine Lemétayer, Les protestants de Paray-le-Monial de la cohabitation à la diaspora (1558-1750), thèse soutenue sous la direction de Bernard Dompnier à l’université Blaise Pascal de Clermont Ferrand, 2009. La thèse de Mme Lemétayer est parue en 2016 chez Honoré Champion.

[15] Suzanne Stelling-Michaud, Le Livre du recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), vol. I, Genève, Droz, 1959, notice 3766, p. 216.

[16] Lettre du 17 janvier 1668, Lyon, Bibliothèque municipale, ms fonds général 1720, f° 4.

[17] Lettre du 14 mai 1672, Lyon, bibliothèque municipale, ms fonds général 1720, f° 34.

[18] Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 239.

[19] Lyon, Bibliothèque municipale, ms fonds général 1723, f° 273

[20] Lettre de Vincent Minutoli à Pierre Bayle datée du 15 février 1686, Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire foundation, tome VI, lettre n° 517, 2007.

[21]« Histoire anatomique d’un Chat monstrueux disséqué et examiné par M. de Ville Dr. En Médecine, aggregé au College des Médecins de Lyon », in Journal des Sçavans, 15 juillet 1680, Paris, Jean Cusson, p. 197-202.

[22] Burlet, « Examen des eaux de Vichi et de Bourbon », in Histoire de l’Académie royale des sciences. Année 1707, Paris, Jean Boudot, 1708, p. 97-104. [URL] https://hal.archives-ouvertes.fr/ads-00111131/document

[23]  Testament du 9 décembre 1685, une copie est conservée aux Archives cantonales de Vaud, ACV Bis 34.

[24] État de la distribution de la Somme de Vingt et Quatre mille Livres, Accordée par  Sa Majesté le Feu Roy, De Glorieuse Mémoire aux Pauvres Protestants François Laïques Refugiez en Angleterre, Londres, J. Tonson & J. Watts, 1728, p. 18.

[25] États de la distribution de la somme de six mille huit cents septante deux livres, seize shillings; accordée par sa Majesté le Roi George Second, aux pauvres Protestants françois laïques réfugiez en Angleterre, etc, Londres, J. Tonson & J. Watts, 1729, p. 7.

Article mis à jour le 11/02/2017.

 


Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *