Sur une œuvre inédite de Jacob Spon publiée par son neveu Gabriel Dumont

On connait Jacob Spon pour ses écrits sur l’Antiquité gréco-romaine, sous l’angle de la curiosité et de l’antiquarisme, c’est-à-dire de l’archéologie. On connait moins Jacob Spon historien de l’Antiquité, et pour cause : le médecin-antiquaire lyonnais n’eut pas le temps de publier ses écrits historiques, basés sur le modèle des Vies parallèles de Plutarque. Certes, il existe l’Histoire de la ville et de l’Etat de Genève publiée en 1680, mais son dessein comme ses implications ne furent pas les mêmes. Hormis une œuvre publiée par son neveu Gabriel Dumont, il ne reste à notre connaissance aucune trace de ces manuscrits laissés par l’antiquaire à Lyon lorsqu’il s’exila en Suisse.

Un projet commun inachevé : les vies des empereurs romains d’après les médailles

 

Jacob Spon s’intéressait aux représentations figuratives antiques par les informations qu’il pouvait en tirer. Mais médecin de profession, l’étude physiognomonique avait une grande importance dans la manière d’étudier les personnages illustres de l’Antiquité. La physiognomonie postulait que l’apparence physique reflétait le caractère d’une personne. Par les médailles et les bas-reliefs, Jacob Spon avait tout le loisir d’étudier les effigies impériales, empereurs et impératrices, Augustes et Césars qui se succèdent au fil des âges. Sa collection de médailles retraçait la succession des règnes impériaux, de la fin de la République romaine à la mort de l’empereur Constantin Ier.

L’antiquaire lyonnais publia une dissertation sur la physiognomonie, dit « Physionomie » dans les Recherches curieuses d’Antiquité, un ouvrage imprimé  à Lyon chez l’imprimeur Thomas Amaulry en 1683.

« Il faut premièrement considérer qu’on ne peut mieux étudier la Physionomie que dans les visages des Princes & des grands hommes : soit parce que dans le poste qu’ils occupent, & dans le rang qu’ils tiennent dans le monde, rien ne les empesche de suivre leurs inclinations : soit parce que leurs actions sont, pour ainsi dire, connuës de toute la terre : au lieu que celles des particuliers s’accommodent à leur fortune & s’ensevelissent dans l’oubly. Ainsi un homme peut avoir du panchant à la liberalité : mais cette vertu sera étouffée par la pauvreté. Un autre sera naturellement vaillant : mais son application à quelque art mecanique luy dérobera l’occasion de se signaler. Un autre enfin sera né cruel é impérieux, mais la bassesse de sa fortune, qui le reduit à obeïr à un Maistre severe, cachera ses defauts qui auroient paru s’il eust esté dans une condition plus libre. »[1]

Plus loin, en parlant « la vérité des regles de la Physionomie » Spon écrit :

« Je pretens seulement établir cette règle générale, que la nature tire souvent le portrait de nôtre ame sur nôtre visage, & que certains airs & certaines conformations ont accoûtumé de suivre le temperament & marquer les inclinations de l’homme. Ainsi l’on remarque que ceux qui ont quelque ressemblance au Lion ou à l’Aigle, sont vaillans & genereux : que ceux qui ont quelque rapport au Singe ou au Renard sont adroits & rusez, que ceux qui donnent de l’air à un cheval, à un oiseau, ou à quelqu’autre beste, en ont aussi la plûpart les inclinations.

De mesme on observe que ceux qui naturellement ont l’air d’un homme qui rit, qui pleure, qui gronde, qui pense, ou qui est en colere, sont ordinairement sujets aux passions dont ils portent les caractères sur le visage. »[2]

Ce projet physiognomonique n’intéressait pas que les médecins. A Lyon, les jésuites du collège de la Trinité enseignaient la morale à leurs élèves à partir des effigies impériales des médailles romaines collectionnées par quelques pères éclairés.

A Paris, l’engouement allait aussi pour l’étude des personnages illustres par leurs effigies metalliques. Au mois d’octobre 1681 , l’assemblée des antiquaires du duc d’Aumont avait entrepris, selon Ezéchiel Spanheim, d’écrire les vies des empereurs «en y rapportant toutes les médailles qui s’étoient battues sous leur règne ; et auquel sujet chacun des membres de cette assemblée fut chargé de faire la vie d’un empereur sur ce modèle, et ensuite d’en faire la lecture à l’assemblée, pour s’y prévaloir des avis des assistants, savoir : au sujet des additions ou des corrections à y faire , le tout dans le dessein de dresser par là un corps d’histoire romaine, au moins de celle des empereurs, plus complète et plus exacte que celle qu’on a jusques ici. »[3].

Le Père jésuite Claude-François Ménestrier, d’origine lyonnaise, qui faisait partie de cette assemblée, détailla le nom des vingt-deux membres chargés d’écrire ces vies[4]. A l’invitation de l’antiquaire Jean Foy-Vaillant, Jacob Spon eut pour charge d’écrire la vie des empereurs Commode et Trajan Dèce. Ce projet d’ouvrage commun fut présenté au Roi par le Père La Chaize, son confesseur, qui l’approuva. Jacob Spon se mit à la tâche à la fin du mois de janvier 1682. Dans une lettre du 3 février 1682 adressée à l’abbé Claude Nicaise, il espère finir la rédaction de la vie de Commode vers Pâques[5]. Le travail demande du temps, et de la matière ; Ainsi attend-t-il du Cabinet des médailles du Roi à Paris des planches de médailles. Plus d’un mois plus tard, il sollicite par lettre l’abbé Claude Nicaise, alors à Paris[6] : les planches des médaillons de Commode promises par le garde du cabinet des médailles, Pierre de Carcavi, ne lui sont toujours pas parvenues. Il ne sait pas si le dessein de rédiger ces vies est toujours d’actualité.

Le projet se poursuivit pourtant : dans une lettre du 18 septembre 1682, Jacob Spon fait part à l’abbé Claude Nicaise de son étonnement. Le Père Ménestrier met beaucoup de temps à rédiger la vie de l’empereur Claude tirée des médailles, alors que lui a achevé celle de Commode qui ne comporte que deux feuillets[7]. L’antiquaire lyonnais semble toutefois avoir envoyé sa dissertation à l’assemblée des curieux du duc d’Aumont à Paris, par l’entremise de Jean Foy-Vaillant. Parmi les sources de Spon pour sa vie de Commode, il faut mentionner une médaille de Commode dont il donna une dissertation dans les Recherches curieuses d’Antiquité[8].

Médaille de Commode expliquée dans les Recherches curieuses d'antiquité par Jacob Spon
Médaille de Commode expliquée dans les Recherches curieuses d’antiquité par Jacob Spon

Cependant, l’ouvrage commun sur les vies des empereurs ne vit jamais le jour Ezéchiel Spanheim, membre de l’Assemblée chargé des vies de Vespasien, Tite et Domitien publia cependant un ouvrage sur l’empereur Julien II dit l’Apostat en 1683[9]. Dans la préface, il indiquait que certaines dissertations furent lues à l’assemblée des medaillistes,  dont celle de l’empereur Hadrien par Pierre Rainssant[10]. L’abbé Claude Nicaise parlait encore de ce projet en 1691, lorsqu’il fut invité à écrire une vie de l’empereur Commode, comme Spon dix ans auparavant[11].

La continuation des Vies parallèles de Plutarque

 

Néanmoins, Jacob Spon continua à écrire sur les hommes illustres de l’Antiquité. Son modèle est bien entendu Plutarque de Chéronée et ses Vies parallèles. Pour cela, il s’appuie quand il le peut sur les médailles, mais aussi sur les auteurs anciens. Ainsi rédigea-t-il les vies d’Homère, Epaminondas, Hannibal, Scipion l’Africain, Virgile et Corbulon. A vrai dire, l’antiquaire « triche » puisqu’un secrétaire écrit pour lui ces vies.

 « J’ai un homme qui travaille pour moy et qui n’écrit pas mal. Il m’a déjà fait la vie d’Hannibal, de Scipion, d’Homère, et de Virgile, que je remanie et recopie, et il me semble qu’elles ne seront pas mal. »[12]

L’objectif est bien sûr d’en publier un ouvrage. Le libraire lyonnais Jean Anisson semble intéressé par une impression. Le 24 février 1684, Jacob Spon écrit à l’abbé Nicaise qu’Anisson a besoin de quatrains pour les portraits illustrant les vies. Il sollicite les talents de plume du chanoine de la Sainte-Chapelle de Dijon[13].

Au mois de mai 1684, l’abbé Nicaise n’avait toujours pas fourni ses vers au libraire, et Spon ignorait même les projets d’Anisson à propos de ses vies car il vend la traduction de Plutarque par l’abbé Tallemant[14], ouvrage de piètre qualité selon les savants du temps.

Jean Anisson a peut-être voulu faire « chanter » Jacob Spon : en faisant miroiter une impression, il s’assurait de son concours pour la correction des épreuves du Glossaire grec de Charles Dufresne Du Cange, qu’il souhaitait imprimer à Lyon. Anisson payait grassement l’Antiquaire en échange de ses connaissances en grec, et évitait des frais de port onéreux entre Lyon et Paris. Dès l’automne 1682, Jacob Spon se mit au travail avec Anisson. Mais à l’automne 1683, Jacob Spon se détourna de sa tache pour rédiger un ouvrage sur les Aphorismes d’Hippocrate qu’il imprima en 1684 chez Anisson lui même. Les relations se détériorèrent par la suite. L’intérêt, feint ou réel du libraire pour les vies des hommes illustres de Jacob Spon intervient à ce moment. Dans une lettre du 29 septembre 1684 à Du Cange, Anisson déplorait les fautes que Spon n’a pas vues dans sa correction. Elles mécontentaient fortement le lexicographe parisien et Anisson dut sermonner le savant lyonnais. Dans une lettre du 20 décembre 1684, le libraire constatait que Spon accorde moins de temps à son travail[15]. La santé du libraire était peut-être en cause. Jacob Spon souffrait d’une tuberculose chronique qui lui causait des crachements de sang et le forçaient à s’aliter. En septembre 1685 la correction est arrêtée à la lettre Σ. Spon s’exila pour la Suisse, au grand déplaisir de Du Cange qui s’en plaint à l’abbé Nicaise dans une lettre du 20 octobre 1685[16].

Au mois de janvier 1685, à défaut d’impression, Jacob Spon poursuivait la rédaction de ses vies : Denys le Tyran, Hippocrate, Galien, Épicure, s’ajoutèrent à six vies précédentes. Dans une lettre à Pierre Bayle du 31 janvier 1685, il demande les conseils du journaliste pour augmenter le nombre de vies. Il pense même reprendre certaines vies de Diogène Laërce pour les compléter[17], notamment celles de Pythagore, Platon, Aristote, et celle du général byzantin Bélisaire[18], comme il l’écrit dans une lettre au bibliothécaire du Grand-Duc de Toscane Antonio Magliabechi un mois plus tard.

Lorsqu’il quitta Lyon en septembre 1685, Jacob Spon laissa dans son cabinet de nombreuses œuvres manuscrites, détaillées par Vincent Minutoli dans une lettre à Pierre Bayle écrite de Genève et datée du 15 février 1686 : des observations médicales, des lettres de Guy Patin échangées avec son père Charles Spon, des lettres savantes de ce dernier, le second volume des Miscellanea eruditae antiquitatis, un complément aux Recherche des Antiquités et curiosités de la ville de Lyon parues en 1673, et les vies des hommes illustres, lesquelles n’étaient pas assez nombreuses pour former un volume.

 

Une œuvre inédite, la « Vie de Scipion l’Afriquain » éditée par Gabriel Dumont

 

Portrait gravé posthume de Pieter Tanjé (1749), Collection des portraits protestants, Universiteit Bibliotheek Vrije Universiteit; publié dans « Sermons sur divers textes de l’Ecriture Sainte », Rotterdam, Jean Daniel Beman, 1750.

L’exil de Jacob Spon au Refuge ne signifia pas la perte définitive des manuscrits de son cabinet. Il est fort probable qu’ils furent récupérés par des amis lyonnais avant l’application de l’édit de Fontainebleau en octobre 1685. Sa famille semble avoir hérité de quelques documents et probablement des vies des hommes illustres. Si nous ignorons le sort réservé à la plupart de ces manuscrits, nous avons retrouvé la trace d’une de ces vies, par l’entremise de son neveu, le pasteur Gabriel Dumont (1680-1748).

Gabriel Dumont est né à Crest en Dauphiné le 10 août 1680 de Daniel Dumont, Marchand drapier de Crest installé à Lyon, et de la sœur de Jacob Spon, Anne (1656- ?). Les époux se marièrent à Lyon le 23 août 1675., et la mariée apporta une dot modeste de 3000 livres. En janvier 1684, naquit à Lyon Jacob Dumont, dont le parrain fut Jacob Spon. La Révocation arriva, et les Dumont s’installèrent à Vevey sur les bords du lac Léman. Dans son testament rédigé à Vevey le 9 décembre 1685[19], Jacob Spon léguait à son filleul 150 francs, mais rien ne fut laissé pour Gabriel. L’antiquaire lyonnais mourut à l’hôpital communal de Vevey le 25 décembre. Il fut inhumé au temple Saint-Martin.

Gabriel Dumont fit ses études à Genève. Il étudia la philosophie et fut promu le 7 mai 1697. Il poursuivit par la théologie et fut promu le 5 janvier 1699, enfin il termina ses études religieuses à la fin de l’année 1703.

On le retrouve en Hollande en 1704 où il reste peu de temps,  puisqu’il est nommé pasteur de l’église française de Leipzig où il officia jusqu’en 1720. Il est alors nommé à l’église wallonne de Rotterdam. En mars 1721, il obtint une chaire de professeur d’histoire ecclésiastique et de langues orientales qu’il occupa jusqu’à sa retraite en avril 1747. Entre temps, il fut chapelain pendant trois ans à l’ambassade de Hollande à Paris de 1727 à 1730. Il meurt sans postérité à Rotterdam le 1er janvier 1748[20].

Lors de son séjour à Leipzig, Gabriel Dumont publia plusieurs articles dans l’Histoire critique de la République des Lettres tant ancienne que moderne. Ce périodique était édité par Samuel Masson entre 1712 et 1718. 15 volumes furent publiés : les trois premiers à Utrecht, le reste à Amsterdam chez Jacques Desbordes.

Dans le dernier volume daté de 1718, le premier article s’avère être la Vie de Scipion l’Afriquain par feu M. Jacob Spon[21]. D’une longueur de 80 pages environ, dans un style très « littéraire » la vie du général romain Publius Cornelius Scipio. Ce style tranche avec l’écriture sponienne qui reste savante et parsemée de références. Dans cette oeuvre, Il y a peu de références savantes, et le récit se poursuit sans digression.

Pour Gabriel Dumont, la parution de cette vie a un mérite : montrer « la conformité qui se trouve entre diverses circonstances de la vie de cet habile & vaillant Général, & celle de la vie de Milord Duc de Marlboroug »[22]. Le duc de Marlborough était souvent qualifié à l’époque de « Scipion Anglais ».

Cette œuvre inédite est importante parce qu’elle confirme que les papiers du cabinet de Jacob Spon ont été sauvés et conservés au moins un temps par ses amis, et sa famille. D’autre part, iI s’agit de la seule « biographie » conservée d’un personnage de l’Antiquité rédigée par l’antiquaire lyonnais qui nous soit parvenue.

La Vie de Scipion l’Afriquain est à rattacher à un objet singulier qui fascina Jacob Spon : le bouclier de Scipion. Il l’évoque d’ailleurs brièvement dans la Vie de Scipion l’Afriquain[23]. Nous en avons donné une description de cet engouement de l’antiquaire lyonnais pour cet objet dans une communication en 2009, suivi d’un article en 2011 paru dans le revue Chrétiens et Sociétés[24]. Ce bouclier votif du IVe siècle de notre ère trouvé près d’Arles en 1656 était conservé à l’époque dans le cabinet du marchand soyer lyonnais Octavio Mey. En décembre 1682, Jacob Spon en fit même une description lors d’un dîner de curieux chez l’intendant de la généralité du lyonnais Olivier Lefèvre d’Ormesson, et publia trois commentaires différents du bouclier dans trois de ses ouvrages. Pour l’antiquaire, ce bouclier datait de l’époque de Scipion l’Africain et montrait la libération d’une prisonnière ibère lors du siège de la ville de Carthagène par le général romain en 210 avant Jésus-Christ. Il représente en réalité une scène de l’Iliade : la restitution de Briséis à Achille par le roi Agamemnon.

Pour conclure, l’introduction à la Vie de Scipion l’Afriquain par Gabriel Dumont dans l’Histoire critique de la République des Lettres montre que Jacob Spon était un savant encore reconnu plus de trente ans après sa mort. Son neveu évoque  la « justesse » et le« discernement » de ses ouvrages ;  et la manière « libre & hardie de traitter l’histoire des siècles passez, qui est tout à fait originale, & que l’on rencontre rarement ailleurs »[25]. Gabriel Dumont espérait-il aussi, dans le secret de son cœur, que la réputation de son oncle rejaillirait sur lui, son digne héritier intellectuel.

__________

[1] « Vingt-quatrième dissertation. De l’utilité des Medailles pour l’étude de la Physionomie » in Recherches curieuses d’Antiquité, Lyon, Thomas Amaulry, 1683, p. 355.

[2] Ibid., p. 357-358.

[3] Ezéchiel Spanheim, Relation de la Cour de France en 1690, Paris, Renouard, 1882, p. 136.

[4] Claude-François Ménestrier, Factum justificatif, Paris, La Caille, 1694, p. 13-14.

[5] Lettre du 3 février 1682, Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 263-264.

[6] Lettre du 24 mars 1682, Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 265-266.

[7] Lettre du 18 septembre 1682, Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 276-277.

[8] « Quatorzième dissertation : Sur une Medaille de Commode », in Recherches curieuses d’Antiquité, Lyon, Thomas Amaulry, 1683, p. 203-209.

[9]  Les Césars de l’empereur Julien, traduits du grec, avec des remarques et des preuves illustrées par les médailles, traduit par Ezechiel Spanheim, Paris, D. Thierry, 1683.

[10] Ibid., préface, non paginée, p. 50-51.

[11] Claude Nicaise, Les Sirenes: ou discours sur leur forme et figure, Paris, Jean Anisson, 1691, p. 13, cité par Marie Veillon, « La science des Médailles antiques sous le règne de Louis XIV », in Revue numismatique, 6-152, 1997, p. 370.

[12] Lettre datée du 28 novembre 1683 à l’abbé Claude Nicaise, Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 294-295.

[13] Lettre datée du 24 février 1684 à l’abbé Claude Nicaise, Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 300-301.

[14] Lettre datée du 17 mai 1684 à l’abbé Claude Nicaise, Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9360, f° 304.

[15]Pour une édition partielle de ces lettres, voir Henri Omont, « Le “Glossaire grec” de Du Cange: lettres d’Anisson à Du Cange relatives à l’impression du “Glossaire grec”, 1682-1688 »,in Revue des études grecques, 5-18, 1892, p. 212‑249.

[16] Paris, Bibliothèque nationale, ms fr 9502. Cette lettre est une copie.

[17] Lettre du 31 janvier 1685, Copenhague, Der Kongelige Bibliotek, Thott 1208, II M-W 4° C, imprimée dans la Correspondance de Pierre Bayle Tome V, août 1684-fin juillet 1685, Lettres 309-450, Oxford, Voltaire Foundation, 2007, lettre n° 382, p. 229-233.

[18] Lettre datée du 23 février 1685, Florence, Bibliotea nazionale centrale, carteggio Magliabechi, 326, f° 21.

[19] Archives cantonales de Vaud, bis 34/1 copie faite devant témoin du testament autographe de Jacob Spon. 9 décembre 1685.

[20] Ces renseignements sont tirés de Suzanne Stelling-Michaud, Le Livre du recteur de l’Académie de Genève (1559-1878) 3, Notices biographiques des étudiants. D-G, Genève, Suisse, Droz, 1972. Et du Dictionnaire des journalistes: 1600-1789, Oxford, Voltaire Foundation, coll.« Dictionnaire de la presse », 1999, notice 271, Gabriel Dumont, rédigée par Jean Sgard.

[21] « Vie de Scipion l’Afriquain par feu M. Jacob Spon », in Histoire critique de la République des Lettres tant ancienne que moderne, volume XV, Amsterdam, Jacques Desbordes, 1718, p. 1-83.

[22] « Nouvelles de Littérature de Leipzig », Ibid., volume XIII, 1717, p. 355-356,

[23] « Vie de Scipion l’Afriquain par feu M. Jacob Spon », Ibid., volume XV, 1718, p. 18.

[24] Yves Moreau, « Jacob Spon et les arts : un savant protestant dans la République des Lettres », in Chrétiens et sociétés. XVIe-XXIe siècles, Numéro spécial I, 2011, p. 91‑113. Voir l’article en ligne : https://chretienssocietes.revues.org/2732#text

[25] « Vie de Scipion l’Afriquain par feu M. Jacob Spon », art. cit., p. 2-3.

Cite this article as: Yves Moreau, "Sur une œuvre inédite de Jacob Spon publiée par son neveu Gabriel Dumont," in Antiquarisme , 23 octobre 2016, http://arsantica.hypotheses.org/181.

Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *