Une affaire de libraires et de dictionnaires : Widerhold contre Girin et Rivière

Entre 1677 et 1681, une affaire mit aux prises des libraires lyonnais et genevois autour de la parution de dictionnaires historiques et critiques. Ces dictionnaires sont : le Lexicon universale de Johann Jakob Hofmann paru à Genève en 1677, le Grand dictionnaire historique de Louis Moréri paru à Lyon en 1674.

Deux centres d’imprimerie se trouvaient en concurrence : Genève et Lyon. L’imprimerie lyonnaise n’avait plus la gloire qu’elle avait pu avoir au XVIe siècle mais continuait à être un centre actif dans la publication d’ouvrages érudits grâce à l’influence de certains de ses libraires : les Anisson et les Huguetan. Il s’agit cependant davantage d’un litige entre libraires pour s’assurer de l’écoulement d’ouvrages similaires, onéreux à fabriquer et donc à vendre à un public érudit donc restreint.

L’affaire débute en 1677 lorsque l’écrivain protestant atypique Samuel Chappuzeau (1625-1701)1 souhaita imprimer deux manuscrits à Genève : celui de la traduction du Lexicon universale2 de Johann Jakob Hofmann publié en 1677 par Jean Herman Widerhold à Genève, et celui d’un dictionnaire historique sur le modèle du Grand dictionnaire historique ou Mélange du sacré et du profane du jésuite Louis Moréri paru 1674 chez les libraires lyonnais Jean Girin et Barthélémy Rivière. Jacob Spon contribua à l’amélioration du projet de dictionnaire de Chappuzeau en lui envoyant des notices d’hommes illustres3. Si la traduction avait déjà trouvé un libraire, Widerhold, la réplique du dictionnaire de Moréri qui n’était encore qu’un brouillon attendait un imprimeur.

Cependant, le projet de Chappuzeau s’ébruita et les imprimeurs lyonnais Girin et Rivière qui préparaient une deuxième édition de l’ouvrage de Moréri le surent. Ils demandèrent immédiatement à Widerhold l’abandon du projet d’ouvrage qui pourrait nuire au débit du Dictionnaire historique. Les libraires lyonnais sollicitèrent l’aide de Jacob Spon pour accélérer l’obtention du privilège pour la deuxième édition.

Widerhold entretenait un lien privilégié avec l’antiquaire lyonnais. Il avait imprimé en 1679 la première section du premier tome des Miscellanea eruditae antiquitatis, livre qui n’obtint pas de privilège en France. Il fournissait depuis Genève Spon en ouvrages introuvables (ou interdits) à Lyon. L’antiquaire connaissait aussi Samuel Chappuzeau, un correspondant de son père Charles Spon, qui avait séjourné à Lyon dans les années 1650-1660 avant de s’installer à Genève. Spon accepta d’intercéder auprès de ses contacts parisiens pour ses compatriotes. Il contacta alors ses intermédiaires, en particulier l’abbé Claude Nicaise, et La Chaize fut aussi mis à contribution par Jacob Spon à la fin de l’année 1679. En janvier 1680, l’affaire traînait en longueur entre Paris Genève et Lyon et Le confesseur du roi déclarait son incapacité dans sa lettre à Spon datée du 2 janvier 1680 à faire avancer la cause des libraires lyonnais :

« Je croy que vous ne doutez pas que je n’aye grande inclination de servir vos Libraires de Lion, mais l’affaire n’estant pas de mon ressort, je ne puis gueres m’en mesler. J’en diray néanmoins un mot à M. le Chancelier. »

L’affaire se résolut en 1681. La mort d’épuisement pure et simple de Louis Moréri sur la correction de son ouvrage le 10 juillet 1680 a peut-être contribué à dénouer l’affaire. Le 15 janvier 1681, le privilège pour l’impression de la seconde édition du Dictionnaire de Moréri est donnée à Girin et Rivière avec le soutien du syndic de la communauté des Libraires et imprimeurs de Paris, Denis Thierry. Le 22 avril, le chancelier Le Tellier annula le privilège du Lexicon universale de Widerhold. Cette annulation contraint le libraire genevois à négocier avec ses collègues lyonnais. Un accord fut trouvé et signé le 15 mai. Widerhold renonçait à l’impression à Genève du dictionnaire de Chappuzeau mais retrouva son privilège pour le Lexicon universale. Il fut convenu que Widerhold devait faire cesser le travail de Chappuzeau sur le projet de Dictionnaire moyennant l’envoi par Girin et Rivière de 20 exemplaires du dictionnaire de Moréri et de la somme de 3300 livres. Le manuscrit de Chappuzeau fut donné à l’imprimeur parisien Denis Thierry, associé de Girin et Rivière dans la réimpression de l’ouvrage de Moréri puisqu’il avait obtenu la moitié du privilège dans l’accord du 15 mai.

Cependant, si la traduction du Lexicon universale est abandonnée par Samuel Chappuzeau, le projet de dictionnaire lui tient à coeur. Il contacta l’imprimeur Thierry pour récupérer son manuscrit, en vain. Il rédigea alors un nouvel ouvrage qui ne parut qu’en 1694 à Celle4.

Dans cette affaire, la situation de Girin et Rivière n’était pas au mieux. Ils durent s’endetter auprès du libraire parisien Thierry pour trouver une situation à leur problème. Thierry était le syndic de la compagnie des libraires parisiens et était à même de faire avancer leur cause auprès du Chancelier. L’association Girin-Rivière fit cependant faillite en 1687, peut-être en raison de l’accaparement de l’édition scientifique par les Anisson5 ; et Denis Thierry, à Paris, se chargea alors de la réimpression du dictionnaire de Moréri.

Quant à Widerhold, sa situation était pour le moins curieuse. Libraire genevois, il avait pu obtenir un privilège pour diffuser le Lexicon universale en France. Il ne put cependant profiter du renouvellement de son privilège puisqu’il décéda en 1683 à Genève ou à Duillier.

L’affaire interroge la manière dont les imprimeurs-libraires pouvaient faire avancer leurs intérêts par l’utilisation astucieuse de leurs réseaux d’amis érudits et d’hommes influents. En dépit des liens l’unissant à Widerhold, Spon est sollicité pour mobiliser ses réseaux d’amis, en particulier à Paris où l’on obtenait les privilèges de la part de la chancellerie.

Les contacts de tiers à tiers dans la République des Lettres sont à évaluer par l’intermédiation de ses membres6 jouant un rôle déterminant dans la constitution de réseaux épistolaires : des stratégies épistolaires se nouent au gré des intérêts et des amitiés naissantes. Dans ce cas, les libraires sont demandeurs de contacts que leur fournit Spon à Paris, confirmant son rôle d’intermédiaire intellectuel incontournable à Lyon.

__________

1 Sur Samuel Chappuzeau on consultera uniquement l’article de Jules Caullery, « Notes sur Samuel Chappuzeau », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 58, 1909, p. 141‑157.
2 Johann Jacob Hofmann, Lexicon universale historico-geographico-chronologico-poetico-philologicum opera et studio Joh. Jacobi Hofmanni, Basileae, impensis J. H. Widerhold, 1677, vol. 2/.2 volume.
3 Voir la lettre de Samuel Chappuzeau à Jacob Spon datée du 23 mai 1679, Lyon, Bibliothèque municipale (BML), ms fond général 1723, f° 252.
4 Samuel Chappuzeau, Nouveau Dictionnaire historique, géographique, chronologique & philologique, Celle, s. e., 1694.
5 Sur ce sujet voir Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française. Tome 2, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Fayard – Cercle de la librairie, 1990.

6  Voir notamment Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots, et Jens Häseler. Les grands intermédiaires culturels de la république des lettres: études de réseaux de correspondances du XVIe au XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2005.

Cite this article as: Yves Moreau, "Une affaire de libraires et de dictionnaires : Widerhold contre Girin et Rivière," in Antiquarisme , 24 mars 2015, http://arsantica.hypotheses.org/163.

Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *