Le réseau : définition, analyse et représentation

A la lumière de la littérature scientifique sur le sujet des réseaux, tout semble avoir été dit ou presque.  Si l’histoire a bien avancé sur les réseaux, elle le doit en partie à des incursions sur les terres de la sociologie et de la géographie. Aussi n’est-il pas étonnant de trouver de nombreux références aux sociologues dans ce qui va suivre. Mais chez les historiens modernistes, il existe aussi depuis le début des années 2000 une véritable réflexion sur l’articulation réseau-correspondance.1 Cela fera sans doute l’objet d’un billet prochainement. Il ne s’agit pas ici de faire un résumé exhaustif des publications sur les réseaux, mais  de donner quelques lignes de force sur cette notion à la mode dans le champ de sciences humaines et sociales et en particulier de l’histoire.

Définition d’un réseau

Qu’est ce qu’un réseau ? Il n’est pas inutile de faire un peu d’épistémologie. Le réseau est aujourd’hui une représentation graphique paradigmatique du monde qui nous entoure. C’est surtout un « ensemble cohérent et articulé de codes graphiques proposant une représentation particulière du monde. »2

Le réseau peut être considéré selon deux acceptions  :

  • le jeu des relations sociales, leur système,
  • les supports qui permettent ces échanges, ces relations.

Le réseau en tant qu’instance sociale est un échelon intermédiaire entre l’individu et la société.

L’intérêt du réseau est de mettre en évidence les correspondances observées par l’exploitation des données. Elles témoignent dans la correspondance de Jacob Spon des liens que notre acteur noue avec ses pairs et entretient.

Quel niveau de lecture et d’analyse ?

L’innombrable variété des réseaux : hiérarchisées ou non, multipolaires ou évolutifs dans la durée pose problème pour notre sujet.

Il nous faut d’abord définir la nature des réseaux où s’insère Jacob Spon. Ce sont des réseaux de « sociabilité intellectuelle », des  « réseaux sociaux », c’est-à-dire des réseaux où se nouent des relations entre acteurs individuels ou collectifs. Ces réseaux d’ampleur et de objectifs divers sont souvent interconnectés entre eux. Par exemple, le réseau épistolaire des jésuites lyonnais, que Jacob Spon fréquente, se superpose aux réseaux du savant et de son ami l’apothicaire protestant Philippe Silvestre Dufour pour obtenir des nouvelles littéraires de la capitale, Paris, qui est aussi la capitale de la République des Lettres.

La sociabilité intellectuelle et réticulaire est à la fois « présentielle et distantielle ».

Présentielle dans le sens où un savant comme Jacob Spon fréquente dans son lieu de résidence, ici Lyon, ou lors de ses voyages, ses pairs érudits où l’échange de l’information se fait verbalement. Cette socialisation se fait dans des institutions formelles ou informelles : académies, assemblées savantes, salons lettrés, ou lors de voyages, lorsqu’un érudit en accueilleun autre de passage sous son toit. Jacob Spon et son ami le médecin Charles Patin se retrouvent ainsi par hasard à Venise au mois de mai 1676. le seconde accorde l’hospitalité au voyageur lyonnais une nuit à Padoue.

Distantielle puisque l’épistolarité et l’échange matériel est le socle fondamental de la diffusion de l’information entre Lyon et la République des Lettres. La communication savante est ainsi tributaire de l’encre et de la plume, et de son échange par voie épistolaire ou de main à main entre érudits.

L’analyse des réseaux permet donc de dégager les principaux pôles d’activités et d’échanges de ces relations sociales entre savants. Elle met en évidence les axes forts entre acteurs ( intensité des échanges entre acteurs individuels ou collectifs, mobilité…) tant sur le plan géographique que sur le plan plus prosaïque de l’échange « matériel » de l’information (lettres, livres,  etc.).

Dans le cas de Jacob Spon nous avions analysé sa correspondance et défini une typologie de réseaux analogue par le recours à la géophilosophie guattaro-deleuzienne .

  • le réseau des relations sociales entre acteurs : producteurs, diffuseurs, récepteur de l’information
  • le réseau de l’échange d’information par la multicanalité de la communication, matérielle ou verbale.

Mais cette typologie ne reflète pas les nombreux réseaux dans lesquels Jacob Spon s’insère L’analyse réticulaire nous permet en effet d’établir que l’intégration de l’antiquaire lyonnais dans les réseaux d’interconnaissances est tout à la fois local et national et global. En dépit des lacunes documentaires sur ce savant, nous avons recensé cinq réseaux signifiants :

  • un réseau domestique et familial dépassant le cadre géographique lyonnais et s’étendant jusqu’en Suisse
  • un réseau « intellectuel  » lyonnais : jésuites et érudits du « cercle de Bellecour »
  • un réseau « intellectuel » confessionnel, (protestant) en France et dans les pays du Refuge
  • un réseau « intellectuel » aconfessionnel français au tropisme parisien
  • un méta-réseau « intellectuel » aconfessionnel continental qui est celui de la République des Lettres.

Nous entendons par « intellectuel » toute activité d’échanges informationnels portant sur les domaines de la médecine, les arts, les antiquités (médailles et inscriptions), la religion (écrits de dévotion et de controverse), les événements politiques en cours en Europe.

La difficulté réside dans le choix de l’échelon du réseau à analyser, entre le local et le global. L’échelon le plus intéressant (et le plus documenté) nous paraît être le niveau intermédiaire, soit national, lequel permet de mettre en exergue le caractère atypique de Jacob Spon, médecin et antiquaire protestant de Province ; alors que le petit monde des amateurs d’antiquités est composé majoritairement d’hommes d’église fortunés et de savants de Cour.

A partir de l’analyse des réseaux nécessairement dynamique dans le temps, il est nécessaire de représenter graphiquement ce réseau.

 

Représentation graphique du réseau : clarté et lisibilité

En règle générale, les correspondances d’un réseau sont mises en évidence par la construction d’un graphique adéquat, c’est-à-dire où toutes les relations peuvent s’établir entre les éléments d’un ensemble cohérent. Pour Jacques Bertin,  « La construction graphique est un réseau lorsque les correspondances dans le plan peuvent s’établir entre tous les éléments d’une même composante ».3 Le réseau doit mettre en relation les informations entre elles dans un ensemble graphique codifié. Ce travail de codification visuelle de l’information ne peut être qu’un exercice de simplicité qui ne signifie par pour autant simplification. Il n’en répond pas moins à une sémiologie porteuse de sens.

La représentation graphique d’un réseau est l’illustration visuelle d’une somme de données. Elle n’a qu’une valeur indiciaire, mais le choix de l’illustration sous forme réticulaire n’est pas le seul choix possible pour le chercheur. La liste, le diagramme, le tableau, peuvent être d’autres formes graphiques d’illustration. Le choix d’une image du réseau dans l’analyse des réseaux doit donner une représentation claire et pertinente de l’information à délivrer. Le chercheur doit être en mesure d’expliquer les choix qu’il les ont conduits à utiliser la notion de réseau et son analyse dans le cadre de son travail intellectuel. Il doit aussi être en mesure d’expliquer la représentation graphique du réseau, d’en interpréter l’explicite, comme l’implicite ; en d’autres termes, ce qui est exposé et ce qui ne l’est pas. Cela suppose que le chercheur se soit fixé un but préalablement et l’ait scénarisé. L’analyse de réseau n’est qu’un des éléments de la démonstration du chercheur. Ce qui est notre cas.

 

Références

Pour la rédaction de ce billet nous nous sommes basés sur les travaux suivants :
Claire Bidart, « Étudier les réseaux », Informations sociales 147, no 3 (15 juillet 2008), p. 34‑45. www.cairn.info/revue-informations-sociales-2008-3-page-34.htm.
Claire Bidart, « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales 169, no 3 (1 septembre 2012) https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=IDEE_169_0008
Gabriel Garrote, « Réseaux : de la notion à l’analyse. Heurs et malheurs d’un outil », Réseaux et Histoire, 5 novembre 2014. http://reshist.hypotheses.org/464.
Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine 52‑2, no 2 (1 mai 2005), p. 88‑112.www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2005-2-page-88.htm.
Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2004 (dernière édition 2011).

 

________

Je pense à l’ouvrage La plume et la toile: pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières. Arras,  Artois Presses Université, 2002. Actes du colloque d’Arras qui s’est tenu en 2000, réunis par Pierre-Yves Beaurepaire. Préface par Daniel Roche.

2  Notes personnelles de l’exposé de Pierre Mercklé lors du séminaire du laboratoire junior Nhumérisme du 21 janvier 2015 sur le thème « réseaux et représentation(s) ». La communication de Pierre Mercklé avait pour titre : « La figure du réseau : remarques sur la fabrique d’une représentation du monde. »

3Jacques Bertin, Sémiologie graphique, Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris, éditions de l’EHESS, 1999, p.269-282.

 

Cite this article as: Yves Moreau, "Le réseau : définition, analyse et représentation," in Antiquarisme , 23 janvier 2015, http://arsantica.hypotheses.org/115.

Publié par

Yves Moreau

Docteur en Histoire, chercheur associé au LARHRA - UMR 5190 - Université de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *