Les péchés de l’antiquaire

Le Singe antiquaire (vers 1726, par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses pièces et de ses livres.
Le Singe antiquaire (vers 1726), par Jean Siméon Chardin, musée du Louvre. On put y voir une critique de la curiosité des médailles. Le fétichisme du médailliste entouré de ses planches et de ses livres.

Le proverbe populaire dit : « la curiosité est un vilain défaut. » Elle l’est, en effet à l’époque moderne pour un certain nombre de philosophes, de moralistes et de théologiens.

Jean de La Bruyère (1645-1696) en donne une définition admise par ses contemporains dans Les Caractères : « La curiosité n’est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare, unique, pour ce qu’on a et ce que les autres n’ont point. »[1]

La curiosité au XVIIe siècle est un goût pour l’unique et la rareté, mais une rareté de valeur : elle est associée au collectionnisme par l’étude d’objets naturels ou artéfactuels rares. Qu’il s’agisse d’artefacts antiques ou de tulipes, elle reste du domaine de la distraction érudite. Mais cette distraction peut dériver en une passion dévorant l’esprit des curieux.

Continuer la lecture de Les péchés de l’antiquaire

Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

Médecin de profession, Jacob Spon fut intéressé par l’expérimentation de nouveaux remèdes. Bien que fidèle aux thèses hippocrato-galéniques, il publia d’ailleurs un ouvrage sur les Aphorismes d’Hippocrate[1], Il innovait par l’application sur ses patients et sur lui-même de ses propres potions.

Continuer la lecture de Jacob Spon, John Lederer, et la médecine des Indiens de Virginie

De nouvelles pistes sur la postérité des oeuvres manuscrites de Jacob Spon

Vincent Minutoli, dans sa lettre à Pierre Bayle datée du 15 février 1686[1], avait listé les œuvres laissées par Jacob Spon dans son cabinet lors de son exil en septembre 1685.

Parmi ces œuvres manuscrites, figuraient des Vies sur le modèle des Vies parallèles de Plutarque. Nous l’avons vu, son neveu, Gabriel Dumont (1680-1748) avait publié une de celles-ci, celle de Scipion l’Africain, dans le journal Histoire critique de la République des Lettres en 1717. Quelques références à des manuscrits indiqués par Vincent Minutoli confirment que d’autres textes ont été conservés à la mort de Jacob Spon par ses amis.

Continuer la lecture de De nouvelles pistes sur la postérité des oeuvres manuscrites de Jacob Spon

Sur une œuvre inédite de Jacob Spon publiée par son neveu Gabriel Dumont

On connait Jacob Spon pour ses écrits sur l’Antiquité gréco-romaine, sous l’angle de la curiosité et de l’antiquarisme, c’est-à-dire de l’archéologie. On connait moins Jacob Spon historien de l’Antiquité, et pour cause : le médecin-antiquaire lyonnais n’eut pas le temps de publier ses écrits historiques, basés sur le modèle des Vies parallèles de Plutarque. Certes, il existe l’Histoire de la ville et de l’Etat de Genève publiée en 1680, mais son dessein comme ses implications ne furent pas les mêmes. Hormis une œuvre publiée par son neveu Gabriel Dumont, il ne reste à notre connaissance aucune trace de ces manuscrits laissés par l’antiquaire à Lyon lorsqu’il s’exila en Suisse.

Continuer la lecture de Sur une œuvre inédite de Jacob Spon publiée par son neveu Gabriel Dumont

Une affaire de libraires et de dictionnaires : Widerhold contre Girin et Rivière

Entre 1677 et 1681, une affaire mit aux prises des libraires lyonnais et genevois autour de la parution de dictionnaires historiques et critiques. Ces dictionnaires sont : le Lexicon universale de Johann Jakob Hofmann paru à Genève en 1677, le Grand dictionnaire historique de Louis Moréri paru à Lyon en 1674.

Deux centres d’imprimerie se trouvaient en concurrence : Genève et Lyon. L’imprimerie lyonnaise n’avait plus la gloire qu’elle avait pu avoir au XVIe siècle mais continuait à être un centre actif dans la publication d’ouvrages érudits grâce à l’influence de certains de ses libraires : les Anisson et les Huguetan. Il s’agit cependant davantage d’un litige entre libraires pour s’assurer de l’écoulement d’ouvrages similaires, onéreux à fabriquer et donc à vendre à un public érudit donc restreint.

Continuer la lecture de Une affaire de libraires et de dictionnaires : Widerhold contre Girin et Rivière